GB: une institution patronale suspend sa cheffe accusée de harcèlements

LONDRES, 9 mars 2018 (AFP) – Une vénérable organisation patronale britannique était dans la tourmente vendredi après l’annonce de la suspension de sa présidente, Barbara Judge, accusée de racisme, sexisme et harcèlement moral.

Créée en 1903 ce qui en fait la plus ancienne instance patronale du pays, l’Institute of Directors (IoD) a expliqué avoir pris la décision « de suspendre la présidente de l’IoD dans l’attente de plus amples investigations », dans un communiqué publié vendredi.

Mme Judge avait déclaré au quotidien conservateur The Times jeudi qu’elle avait de son propre chef décidé de se retirer provisoirement et qu’elle contestait les accusations.

Ce scandale est un coup dur pour l’IoD qui bénéficie depuis un siècle de la « Royal Charter », titre confié à des organisations oeuvrant dans l’intérêt public, et censée encourager la bonne gouvernance.

La direction s’est appuyée sur un rapport du cabinet d’avocats Hill Dickinson, engagé par l’IoD pour examiner des accusations qui ont émergé il y a plus de quatre mois.

Ce rapport, vu par le quotidien financier City AM, est particulièrement accablant pour Lady Barbara Judge, 71 ans et présidente de l’organisation depuis 2015. Il détaille pas moins de 41 accusations, dont, pour les plus graves, celles de racisme, sexisme et harcèlement moral envers des membres de l’IoD.

Selon un des nombreux témoignages cités par le cabinet d’avocats, elle s’est adressée au directeur général de l’Iod Stephen Martin en expliquant qu’il y avait un « problème » parce que « nous avons (dans le secrétariat de l’IoD, ndlr) un noir et une femme enceinte et c’est la pire combinaison possible ».

Toujours selon le rapport, elle a regretté qu’une critique de l’Iod envers la rémunération confortable du directeur général de Rolls-Royce pourrait affecter sa relation personnelle avec le président de ce groupe industriel.

De même, elle a voulu s’opposer à la position de l’IoD sur le budget du gouvernement en raison de ses liens d’amitiés avec le ministre des Finances Philip Hammond et la Première ministre Theresa May.

Il lui est reproché aussi d’avoir demandé à du personnel de l’IoD d’organiser un événement destiné à promouvoir la marque de vêtement qu’elle gère pour son propre compte par ailleurs.

jbo/pn/spi