Geoffroy Roux de Bézieux évoque « un problème de vitesse » avec le gouvernement

PARIS, 9 juillet 2018 (AFP) – Le nouveau président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a estimé lundi qu’il existait « un problème de vitesse » avec le gouvernement « qui propose énormément de réformes », selon lui.

Interrogé sur France Inter à l’occasion de sa première interview depuis son élection, M. Roux de Bézieux a affirmé que le rôle du Medef serait de voir « comment s’adapter à +ce nouveau monde+ et à la vitesse imposée par le gouvernement ».

Elu le 3 juillet pour succéder à Pierre Gattaz, le chef du patronat français a mentionné à plusieurs reprises « l’évolution rapide des technologies » auxquelles les entreprises devront faire face, mentionnant « les cycles économiques » désormais « beaucoup plus courts ».

Interrogé sur le score relativement serré de l’élection, qu’il a remportée avec 55,8% des voix face à Alexandre Saubot, le nouveau « patron des patrons », qui récuse ce terme pour préférer celui de « porte-parole », a dit ne pas croire « que le mouvement soit divisé » et a affirmé être « en train de rassembler l’organisation patronale ».

Geoffroy Roux de Bézieux a assuré que l’organisation patronale restait légitime avec « 123.000 entreprises adhérentes » et « plus de 50% des salariés dans le privé » mais a indiqué vouloir recruter d’avantage d’adhérents à l’avenir.

Enfin, opposé au prélèvement à la source qui doit être mis en place en janvier 2019, le dirigeant a estimé que « la bataille n’est pas perdue » et dénoncé le « surplus de charges sur les petites entreprises » que la réforme apporterait.

hma/tq/spi