« Gilets jaunes »: les syndicats reçus à Matignon demandent des mesures rapides et concrètes

PARIS, 30 novembre 2018 (AFP) – Prime transport, hausse des salaires, moratoire sur la taxe carburant: les syndicats reçus par Édouard Philippe à Matignon ont demandé vendredi à l’exécutif de nouvelles mesures rapides ou du moins « concrètes » pour répondre à la crise des « gilets jaunes ».

Principale figure syndicale présente, le dirigeant de la CFDT Laurent Berger a notamment poussé, comme Force Ouvrière, en faveur d’une prime transport étendue pour les salariés se rendant au travail en voiture, qui existe aujourd’hui mais sous conditions.

« On a redit qu’il fallait des mesures concrètes. On ne rentre pas dans un processus (de concertation, ndlr) s’il n’y a pas de marges de manoeuvre pour des mesures réelles pour les travailleurs », a affirmé M. Berger à sa sortie de Matignon. Il a affiché son soutien à l’idée de la concertation locale qu’essaie de mettre en place l’exécutif « à une seule condition: que ça ne soit pas un jeu de dupes ».

« Le gouvernement se prend aujourd’hui en pleine face ce qu’il a fait depuis des années, et je l’ai dit au Premier ministre, une forme de mépris des corps intermédiaires », a-t-il accusé, appelant à des mesures nationales en matière « de salaires, de protection sociale et des plus modestes », a plaidé M. Berger.

Force Ouvrière a réclamé un « moratoire » sur la hausse des taxes sur les carburants prévue au 1er janvier. Le syndicat va adresser un courrier pour demander une commission syndicats-patronats-gouvernement sur une prime transport pour les salariés automobilistes, a annoncé son représentant, Michel Beaugas.

La CGT a pour sa part porté des « exigences »: augmentation du Smic à 1.800 euros, augmentation des retraites et des minimas sociaux, TVA à 5,5% sur l’électricité, le gaz et le transport, ainsi que le rétablissement de l’ISF.

« On pense que les revendications portées par les +gilets jaunes+ sont légitimes et rejoignent celles qu’on porte depuis longtemps. Il peut y avoir une vraie convergence dans ce qu’on porte ensemble », a estimé sa représentante, Marie-Claire Cailletaud, renouvelant l’appel de son syndicat à manifester samedi à Paris pour un rassemblement prévu de longue date contre le chômage, et qui sera élargi au pouvoir d’achat.

La CFTC a pour sa part demandé au gouvernement de revenir sur la hausse de la CSG visant les retraités et réclamé des « mesures immédiates » pour les salaires, via son dirigeant Philippe Louis. Le dirigeant de la CFE-CGC François Hommeril a appelé à réorienter les baisses de charges des entreprises vers le pouvoir d’achat.

map/jmt/pta