Gouvernance, investissements: le deuxième volet du « Ségur de la santé » dévoilé mardi

PARIS, 20 juillet 2020 (AFP) – Après les annonces salariales et les créations d’emplois, le gouvernement va dévoiler mardi une série de mesures présentées comme « restructurantes » sur l’organisation et la gouvernance du système de soins, à l’occasion de la clôture du « Ségur de la santé ».

Les hausses de salaire ne sont pas « pour solde de tout compte », a assuré lundi le ministre de la Santé, Olivier Véran, en promettant sur France Info « des annonces fortes, restructurantes » et « réorganisatrices » pour le système de santé.

Ces annonces concerneront l’ensemble du « monde de la santé, en ville, à l’hôpital, dans le secteur sanitaire et le secteur médico-social. Vous verrez qu’on ne s’arrête pas à une revalorisation massive mais qu’on investit massivement dans l’outil », a-t-il poursuivi.

L’ancienne patronne de la CFDT Nicole Notat, chargée de piloter depuis fin mai le « Ségur de la santé », doit remettre officiellement mardi matin son rapport aux organisations et syndicats ayant participé à la concertation.

La remise du rapport se tiendra en présence d’Olivier Véran, qui précisera les mesures qu’il entend mettre en oeuvre en réponse aux propositions faites ces dernières semaines par les acteurs du système de santé.

En raison des signes de reprise de l’épidémie de coronavirus, l’événement, dont le déroulé exact n’a à ce stade pas été précisé, se tiendra en visioconférence.

« Il ne s’agit pas de tout chambouler » dans la « feuille de route » fixée dans le cadre du plan « Ma santé 2022 », arrêté en 2018 par l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, a prévenu lundi Olivier Véran.

« Le plan de ma prédécesseure est très bon » mais « nous allons amplifier, accélérer, accentuer, débureaucratiser, simplifier », a-t-il assuré.

Interrogé sur Europe 1, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF) Frédéric Valletoux a dit « attendre beaucoup » de ce « temps 2 » du Ségur de la santé, espérant « une remise à plat de notre système de soins ».

« Il y avait bien sûr la question des salaires », réglée « en grande partie au moins la semaine dernière ». « Mais il y a tout le reste, qui concerne le financement, l’organisation des soins, la coopération des différents professionnels de santé », a-t-il expliqué.

Lors de son discours de politique générale, le Premier ministre Jean Castex a promis un plan d’investissement à six milliards d’euros pour le système de santé, venant s’ajouter aux 8,1 milliards débloqués pour améliorer la rémunération des personnels.

Le chef du gouvernement, qui a promis de « donner davantage de souplesse aux établissements » et « de mettre l’accent sur la prévention », n’a cependant pas détaillé les mesures concrètes qu’il entendait prendre.

vab/bfa/sp