Grands magasins: la dernière réunion de négociation sur le travail dominical reportée

  PARIS, 20 novembre 2015 (AFP) – La dernière réunion de négociation pour tenter de parvenir à un accord de branche sur le travail du dimanche dans les grands magasins a été reportée, éloignant la perspective d’aboutir avant la fin de l’année, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Cette réunion, qui devait se tenir mardi prochain, a été reportée par l’Union du commerce de centre-ville (UCV), qui représente notamment les grands magasins et les principales enseignes de centre-ville, a-t-on appris de sources syndicales. Le président de l’UCV, Claude Boulle, a confirmé ce report à l’AFP.

Ces négociations, ouvertes en juin avec les syndicats CFE-CGC, CFDT, CFTC, CGT et FO, visent à trouver un accord pour les ouvertures dominicales des magasins situés dans les zones touristiques internationales (ZTI), les zones touristiques et les zones commerciales instituées par la loi Macron, ainsi que dans les gares concernées par cette loi.

Selon M. Boulle, ce report, à une date qui n’a pas encore été fixée, s’explique d’une part par la demande des organisations syndicales d’une « réécriture du texte du projet d’accord » – « nous devons le clarifier, le reconstruire », a-t-il dit – , d’autre part par les attentats du 13 novembre.

Les responsables des ressources humaines qui participent aux réunions « sont en gestion de crise depuis une semaine », a expliqué M. Boulle.

Le président de l’UCV a indiqué qu’une nouvelle date était recherchée, « à horizon de mi-décembre », pour « une séance qu’on espère conclusive ». « Notre intention est de faire une offre définitive avant la fin de l’année », a-t-il assuré.

La perspective d’un accord « est encore plus compromise », a réagi Céline Carlen (CGT), estimant que « pour cette année, c’est fini ». A l’issue de la dernière réunion de négociations, début novembre, quatre syndicats – CFE-CGC, CFTC, FO et CGT – avaient indiqué qu’ils n’étaient « pas signataires en l’état » du texte proposé.

« Le processus de négociation est toujours engagé, ce n’est pas un constat d’échec », a souligné de son côté Steve Mars (CFDT). « La CFDT a demandé des clarifications, ça met un peu de temps, c’est très technique », a-t-il fait valoir.

Principaux points de blocage, pour les syndicats, la majoration dégressive des dimanches travaillés et la situation des personnels extérieurs aux enseignes (démonstrateurs des marques, propreté, sécurité…).

sp/db/bma