Grève aux urgences dans plusieurs hôpitaux lyonnais

LYON, 5 mars 2018 (AFP) – Les urgences du centre hospitalier Saint-Joseph-Saint-Luc, à Lyon, ont rejoint lundi le mouvement de grève qui touche depuis plusieurs semaines d’autres hôpitaux lyonnais pour protester contre les conditions de travail et le manque de moyens.

Les personnels des urgences des hôpitaux Edouard Herriot et Lyon Sud, établissements des Hospices civils de Lyon (HCL), sont déjà en grève depuis février tout en assurant leur service. Aides-soignants et infirmiers grévistes ont d’ailleurs manifesté samedi en tenue de travail dans le centre de Lyon pour exposer leurs revendications.

Les représentants de l’équipe paramédicale de Saint-Joseph-Saint-Luc « déplorent des conditions de travail devenues incompatibles avec la sécurité des patients et ingérables pour le personnel hospitalier », selon un communiqué.

Le préavis de grève a été déposé par la CFDT, soutenue par FO et la CGT ainsi que l’ordre infirmier.

Les personnels de cet établissement associatif à but non lucratif mettent en avant « le manque d’effectifs » par rapport au flux de patients (en moyenne 143 passages aux urgences en 24h cet hiver). Ces derniers attendent près de six à huit heures avant de voir un médecin.

Les urgentistes déplorent aussi les hospitalisations dans les couloirs et réclament notamment un médecin d’accueil et d’orientation pour diriger correctement les patients. Ils demandent en outre une reconnaissance de la spécialité « urgences ».

cha/nd/phc