Grève chez Castorama contre la baisse de la prime d’intéressement

PARIS, 20 juillet 2020 (AFP) – Des salariés des magasins de bricolage Castorama ont fait grève lundi dans toute la France à l’appel des cinq syndicats représentatifs de l’enseigne pour dénoncer la baisse de leur prime d’intéressement et un « hold-up » de la direction, a-t-on appris de sources syndicales.

À cause d’un changement du mode de calcul de cette prime, « plus de 30 millions d’euros » sont « volés aux salariés de Castorama », accuse dans un tract l’intersyndicale CFDT, CGT, FO, CFTC et CFE-CGC. « La direction a organisé un véritable braquage sur nos primes durement gagnées », protestent ces syndicats.

D’après leur tract, un salarié touchant un salaire mensuel de base de 1.500 euros brut doit recevoir environ 900 euros brut de prime d’intéressement trimestrielle, contre environ 3.600 euros brut selon le mode de calcul auparavant en vigueur.

Des salariés d’une soixantaine de magasins, sur les quelque 90 que compte Castorama en France, ont fait grève « toute la journée » ou ont « débrayé trois ou quatre heures », ont indiqué plusieurs syndicalistes à l’AFP.

Une réunion a rassemblé dans la soirée la direction et les deux syndicats – CFDT et CFTC – signataires en février d’un accord sur l’intéressement, dont un passage a été « modifié en dernière séance » par la direction sans les en informer, a expliqué Jean-Michel Fruit, délégué CFTC.

« La direction a réécrit un article sans le dire. Ça a échappé à la vigilance des signataires car ils étaient pressés par le temps. La direction n’est pas de bonne foi », a critiqué Jean-Paul Gathier, délégué FO.

Chez Castorama, « 85% des salariés gagnent entre le Smic et 20% au-dessus du Smic. La prime, c’est ce qui permet de boucher les trous », a-t-il souligné. « Dans le passé, dans certains magasins, les salariés ont pu obtenir cinq mois d’intéressement sur l’année », a précisé Chrystelle Derrien, déléguée CFDT. « On veut juste l’application de ce qui a été négocié », a-t-elle ajouté.

La réunion avec la direction a apporté « quelques éléments, mais ce n’est pas suffisant. Elle va se poursuivre demain (mardi) », a indiqué M. Fruit.

L’appel à la grève n’est pour l’instant pas reconduit car « on laisse à la direction un répit demain », a déclaré Pascal Le Mangouero, délégué CFE-CGC.

De son côté, la direction a assuré à l’AFP qu’elle s’engageait à verser « a minima » cette année « le montant de l’intéressement de 2019 ».

« Malgré l’incertitude très forte qui entoure les prochains mois, nous avons été en mesure de verser un intéressement en hausse » au deuxième trimestre, « trois fois supérieur à celui du deuxième trimestre 2019 », a-t-elle ajouté.

er-lrb/bfa/ach