Grève SNCF: la CGT et SUD-Rail continuent, l’Unsa « appelle à une pause pour les vacances »

PARIS, 19 décembre 2019 (AFP) – La CGT-Cheminots et SUD-Rail, 1er et 3e syndicats à la SNCF, appellent à continuer la grève contre la réforme des retraites, tandis que l’Unsa ferroviaire, 2e syndicat, « appelle à une pause pour les vacances scolaires », ont indiqué ces organisations jeudi soir à l’AFP, après une réunion multilatérale à Matignon.

La CFDT-Cheminots, 4e syndicat, « consultera ses instances vendredi matin » pour prendre une décision, a déclaré son secrétaire général adjoint, Rémi Aufrère-Privel, dont l’organisation représente plus de 18% des conducteurs de train et plus de 12% des contrôleurs.

Le Premier ministre Edouard Philippe a de son côté « appelé à la responsabilité de chacun pour permettre aux millions de Français qui le souhaitent de rejoindre leurs familles en cette fin d’année », à l’issue de cette réunion. Le chef du gouvernement a aussi fait appel à « l’attachement des salariés » des entreprises publiques de transport pour « la continuité du service public » et « la notion d’intérêt général ».

« La grève continue » et « deux actions sont programmées: le Noël des grévistes et des rassemblements le 28 décembre », a annoncé à l’AFP Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, dont l’organisation représente environ un tiers des conducteurs de train et plus de 40% des contrôleurs. « Une multitude d’actions locales seront également menées avec les grévistes présents », a-t-il ajouté.

SUD-Rail « va entretenir le mouvement avant les temps forts de la rentrée », a déclaré à l’AFP Erik Meyer, secrétaire fédéral, dont l’organisation représente environ un tiers des conducteurs de train et plus de 25% des contrôleurs.

L’Unsa, en revanche, appelle à une « pause », a indiqué son secrétaire général, Laurent Escure, aux journalistes à la sortie de la réunion à Matignon.

Cette pause est décidée « pour les vacances scolaires », a précisé à l’AFP Didier Mathis, secrétaire général de l’Unsa ferroviaire, qui représente 7,5% des conducteurs et contrôleurs.

« Sur les transactions sectorielles, on a eu la confirmation d’une garantie offerte sur le contrat social et moral du secteur des transports publics », a expliqué Laurent Escure. « Le bureau fédéral de l’Unsa ferroviaire a décidé de prendre acte de ces avancées et d’appeler (…) à une pause à la SNCF du mouvement », a-t-il poursuivi, en ajoutant qu »‘à la RATP il y a un dialogue entre la direction et les agents ».

Dans un communiqué, l’Unsa ferroviaire explique décider cette pause « dans un souci de dialogue social et de continuité du service public », après avoir « constaté une position d’ouverture de la part du gouvernement qui propose, pour la première fois, des avancées notables ». Mais « en fonction de l’issue des prochaines négociations », elle « n’hésitera pas à remobiliser ».

er-bfa-jmt/cel/swi