Groupements hospitaliers de territoire: les cliniques attentives aux coopérations public-privé

PARIS, 30 juin 2016 (AFP) – La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) prévient jeudi qu’elle sera « attentive au respect des coopérations public-privés existantes » dans la mise en place des Groupements hospitaliers de territoire (GHT), prévue à partir du 1er juillet.

La FHP, représentant des cliniques et hôpitaux privés, « salue » dans un communiqué l’entrée en vigueur des GHT, estimant qu’il s’agit de « l’occasion attendue de restructurer le secteur hospitalier public ».

Elle avertit néanmoins qu’elle sera « attentive à l’équilibre de l’offre de soins au plan régional, et notamment au respect des coopérations public-privé existantes sur les territoires ».

Le 1er juillet marque la première étape du déploiement des GHT qui doit s’étaler jusqu’en 2021. Ils consistent, sur un territoire donné, à prendre en charge de manière « graduée » les patients grâce à une mutualisation des moyens. Les 1.100 hôpitaux publics ont l’obligation de rejoindre l’un de ces 150 groupements organisés autour d’un projet médical partagé décrivant la prise en charge des patients par filière. La place des établissements privés sera définie « au cas par cas », le dernier décret ne faisant plus mention de leur rôle de « partenaire », déplore la FHP.

La fédération précise qu’elle attendra donc la constitution des GHT et des projets médicaux pour adapter sa réponse à chaque situation. Parmi ces réponses possibles figurent: la création de GHT privés associant les maisons de santé et la médecine libérale, une prise de contact avec les GHT ou « une attitude d’observation, lorsque la situation locale ne permet pas de distinguer ou de dégager une ligne d’action claire dans l’immédiat », énumère-t-elle.

« Nous sommes attachés au principe d’une offre de soins équilibrée en réponse aux besoins de santé de la population. (…) La réforme des GHT ne doit pas aboutir à une marginalisation des autres acteurs de soins, que ce soit l’hospitalisation privée, le secteur hospitalier associatif ou la médecine de ville », écrit le président de la FHP, Lamine Gharbi.

La FHP regroupe 1.000 cliniques et hôpitaux privés et emploie 150.000 salariés (personnels de soins, administratifs et techniciens) prenant en charge chaque année 8,5 millions de patients.

est/cel/kp