Hollande espère la création de 150 à 160.000 emplois nets en 2016

PARIS, 14 avril 2016 (AFP) – François Hollande a dit jeudi espérer la création de « 150.000 à 160.000 emplois nets » en 2016, en se réjouissant que l’économie française crée désormais plus d’emplois qu’elle n’en détruit.

« Nous sommes aujourd’hui sur un rythme de créations nettes d’emplois. Par exemple, en 2016, nous pensons que nous pourrons créer 150.000, 160.000 emplois nets », a assuré le chef de l’Etat sur France 2.

Les créations d’emplois nets correspondent à la différence entre emplois créés et emplois supprimés.

Interrogé sur l’efficacité du Crédit impôt compétitivité emploi (CICE), une réduction de cotisations pour les entreprises afin de leur permettre d’embaucher et d’investir, il en a souligné l’efficacité.

« En 2015, nous avons créé 100.000 emplois nets de plus, c’est-à-dire que pour la première fois depuis 5 ans, l’économie française a créé davantage d’emplois qu’elle n’en a supprimés, je pense que c’est largement dû à cette politique-là », a-t-il dit.

Selon les chiffres de l’Insee, en 2015, l’économie française a créé 82.300 nouveaux emplois marchands (qui ne prennent pas en compte les emplois dans les administrations ou les services de santé par exemple), la première hausse enregistrée en quatre ans. La France en avait supprimé 108.300 en 2012, 23.800 en 2013 et 62.800 en 2014.

François Hollande a défendu le pacte de responsabilité, qui comprend le CICE, et qui « va représenter une aide de 40 milliards d’euros » l’an prochain. Grâce à lui, les entreprises « investissent », or « investir c’est permettre d’être plus compétitif demain, de créer des emplois après-demain », a-t-il insisté.

Si l’investissement « est reparti, c’est bien parce qu’il a eu ce soutien », a-t-il poursuivi. En outre, il a « servi à mieux rémunérer les salariés (…) c’était ce que je cherchais aussi (…) qu’on puisse leur restituer une partie de ce qu’allait être le bénéfice des entreprises ».

« Et enfin il y a eu des embauches, il faut qu’il y en ait encore davantage », a ajouté le chef de l’Etat.

Il a aussi défendu la nouvelle aide à l’embauche, qui peut aller jusqu’à 4.000 euros sur deux ans, pour les entreprises de moins de 250 salariés qui embauchent un salarié payé jusqu’à 1,3 fois le SMIC en CDI ou en CDD de plus de six mois. Ce dispositif représente, « rien que pour les trois mois qui viennent de s’écouler, 200.000 embauches », a-t-il dit.

Par ailleurs, « j’ai fait en sorte que nous puissions former 500.000 personnes aux métiers de demain », a-t-il souligné en faisant référence à son plan de 500.000 formations supplémentaires pour les chômeurs.

jta-cel/bir