Indépendance, écologie, solidarité et compétences: les quatre volets du plan de relance

PARIS, 15 juillet 2020 (AFP) – Indépendance, écologie, solidarité et compétences: le plan de relance de 100 milliards d’euros détaillé par le Premier ministre comportera quatre grands volets pour accélérer la reprise et la transformation de l’économie française, sans oublier le soutien aux plus modestes.

Souveraineté économique (40 milliards)

« Notre industrie s’est affaiblie. (…) Nous sommes aujourd’hui trop dépendants de nos partenaires extérieurs et insuffisamment présents sur certains secteurs stratégiques. Nous consacrerons, dans le cadre du plan de relance, 40 milliards d’euros pour que cela change », a affirmé mercredi le Premier ministre Jean Castex dans sa déclaration de politique générale.

Ce montant intègrera notamment la baisse des impôts de production qui pèsent sur les entreprises, annoncée de longue date par le précédent gouvernement.

Mais il comprendra aussi le financement des mesures de soutien aux fonds propres des entreprises, mises en difficulté par la crise, ou encore des soutiens à l’investissement dans la transition numérique des entreprises, ou encore des aides à l’export, a-t-on détaillé à Bercy, précisant que rien n’est encore totalement finalisé à ce stade.

Transition écologique (20 milliards)

Le Premier ministre a par ailleurs annoncé 20 milliards d’euros pour la rénovation thermique des bâtiments et le développement de modes de production plus écologiques dans les transports, l’énergie ou l’alimentation.

Sur ces 20 milliards, 7 milliards seront affectés à la rénovation thermique des bâtiments, et en particulier aux écoles et aux Ehpad, selon les priorités affichées mardi par le président de la République Emmanuel Macron, a précisé Matignon.

Compétences (environ 20 milliards)

La crise risque de priver de leur emploi de nombreux Français, avec des secteurs particulièrement touchés, mais aussi de rendre beaucoup plus difficile l’entrée des jeunes sur le marché du travail. Le gouvernement prévoit donc d’investir environ 20 milliards d’euros pour soutenir les compétences, selon Bercy.

Cela intègrera notamment les mesures sur l’apprentissage, ainsi que celles en faveur des jeunes annoncées mardi par Emmanuel Macron: exonérations de cotisations, contrats d’insertion, places supplémentaires dans des formations qualifiantes supérieures, service civique étendu.

Solidarité (environ 20 milliards)

Des mesures de soutien aux plus défavorisés et au pouvoir d’achat constituent le dernier pilier de la relance, selon le gouvernement. Doté également d’environ 20 milliards d’euros, il regroupe par exemple les futures aides à la dépendance, aux territoires, ainsi que des mesures de stimulation de l’intéressement dans les entreprises.

Surtout, il contient les 6 milliards d’euros « de soutien supplémentaire en investissement » dans le système de santé dévoilés mercredi par le chef du gouvernement — lesquels s’ajoutent aux 8,1 milliards déjà annoncés pour améliorer la rémunération des personnels hospitaliers dans le cadre du « Ségur de la santé ».

mhc/jug/pb