Jérôme Tixier nommé président de France compétences

PARIS, 16 janvier 2019 – Jérôme Tixier, 64 ans, ex-directeur général des relations humaines de L’Oréal, est nommé, par un décret du 14 janvier, président du conseil d’administration de France compétences.

Ce décret, publié au JO du 16 janvier, complète l’arrêté du 11 janvier, qui désigne les membres de quatre des collèges (État, régions, syndicats, patronat) du conseil d’administration de l’institution nationale de gouvernance quadripartite et précise la répartition des voix. En outre, le premier conseil d’administration de France compétences, le 17 janvier, devrait confirmer le directeur général par intérim Stéphane Lardy, dans ses fonctions.

Titulaire d’une maîtrise de droit et diplômé de Sciences Po Paris, Jérôme Tixier a réalisé l’essentiel de sa carrière dans le groupe L’Oréal. Il y débute dès 1980 en tant qu’auditeur interne. Durant son parcours, il a notamment été directeur général France de la marque Kérastase, directeur des RH monde pour la division « produits professionnels » ou encore DRH de la division « produits grand public ». En 2011, il sera nommé directeur général des relations humaines du groupe, tout en étant conseiller du président.

Organisation et fonctionnement

Par ailleurs, le décret du 28 décembre 2018 qui définit les règles de répartition des fonds de la formation et de l’alternance définit aussi les règles d’organisation et de fonctionnement de France compétences.

Le conseil d’administration de la nouvelle instance nationale de gouvernance quadripartite sera composé de 15 membres nommés pour trois ans et rassemblés en cinq collèges représentants respectivement : l’État, les régions, les organisations syndicales de salariés, les organisations professionnelles d’employeurs et deux personnalités qualifiées. Le texte délimite les compétences du Conseil d’administration et de son président, ainsi que celle de son directeur général. Il prévoit aussi la mise en place d’un médiateur chargé d’instruire les réclamations des usagers relatives au conseil en évolution professionnelle (CEP) et au projet de transition professionnelle (PTP). Le décret organise encore notamment les règles financières, mais aussi les missions d’évaluation et de qualité de France compétences.