Journée d’action du 16 novembre: Mailly (FO) prudent sur la mobilisation

LILLE, 26 octobre 2017 (AFP) – Le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly s’est montré prudent, jeudi à Lille, sur la mobilisation de ses troupes lors de la journée de grève et de manifestations du 16 novembre à l’appel des centrales syndicales CGT, FO et Solidaires, rappelant « l’autonomie » à l’intérieur de la confédération.

« A partir du moment où on décide d’une journée, on demande à nos structures d’y participer. Maintenant, on est à FO. Force ouvrière est l’organisation syndicale la plus décentralisée, il y a une réelle autonomie des fédérations, dans le cadre des statuts confédéraux. Ca a toujours existé », a déclaré à la presse M. Mailly, venu à Lille pour le congrès de la fédération des employés et cadres (FEC) de la centrale.

Il était interrogé par l’AFP sur le point de savoir si FO ferait « flèche de tout bois » pour assurer le succès de cette journée d’action, organisée pour tenter de « rééquilibrer » la politique gouvernementale, jugée « libérale ». La confédération n’était pas partie prenante des journées d’action précédentes depuis la rentrée.

Dans la ville de Martine Aubry, Jean-Claude Mailly a reconnu des divergences d’appréciation avec elle sur le contenu des ordonnances révisant le code du travail et les conséquences à en tirer. « C’est une amie, elle ne fait pas la même analyse que nous, c’est son droit, moi je suis dans le réalisme syndical », a commenté le « patron » de FO.

Alors que son successeur sera désigné lors du congrès de Lille en avril prochain, il a apporté son soutien à Pascal Pavageau, secrétaire confédéral et seul candidat.

Même si « on n’est pas encore dans la phase de déclaration des candidatures, pour le moment, je n’entends pas parler d’un autre candidat. Mais s’il n’y a qu’un candidat, j’y suis un peu pour quelque chose. C’est pas moi qui décide, mais quand même un peu », a affirmé M. Mailly.

tma/zl/nas