La CCI Paris Ile-de-France va supprimer 315 postes en 2016

PARIS, 7 avril 2016 (AFP) – La chambre de commerce et d’industrie Paris Ile-de-France a annoncé jeudi un nouveau plan de restructuration prévoyant 315 suppressions de postes en 2016, soit 8% des effectifs permanents, pour « faire face aux coupes budgétaires drastiques décidées par l’État ».

Il s’agit du troisième plan en quatre ans à la CCI Paris IDF, après 314 suppressions de postes en 2012 et 700 départs volontaires lancés en 2015.

Compte-tenu des possibilités de reclassement en interne (200 postes), la direction a reconnu, lors d’une conférence de presse, qu’il y aurait « des licenciements », comme en 2012. Les suppressions concerneront « toutes les activités » (aide aux entreprises, enseignement et services support).

Une cellule d’accompagnement vers des reclassements « internes et externes » va être mise en place (budget 1 million d’euros).

Début 2016, la CCI Paris Ile-de-France, la plus grande de France, employait 4.400 personnes: 3.800 agents consulaires, un statut particulier d’agents publics, et 600 salariés en contrats à durée déterminée (CDD) dont une partie (non précisée) ne seront en outre pas reconduits.

150 à 200 salariés ont manifesté dans la matinée contre ce plan qui va « trop loin », devant le siège, à l’appel de l’intersyndicale (CGT, CFDT, CFE-CGC, Unsa, FO), selon la CGT.

Les salariés sont « les premiers à payer » alors que « d’autres économies sont possibles », s’indigne Jeannine Marty (CGT). La déléguée appelle à « réduire le nombre de directeurs » et à vendre des biens immobiliers pour « passer ce cap difficile », déplorant « un plan social, pas un plan de redressement et d’avenir ».

Ce nouveau plan et les 700 départs volontaires engagés doivent permettre 50 millions d’euros d’économie sur la période 2015-2018, selon la CCI, qui évoque « d’autres » leviers pour retrouver l’équilibre en 2017: « développement des ressources propres, baisse des charges de fonctionnement et dépenses d’investissement » et d’éventuelles ventes de locaux.

La CCI va opérer un « recentrage » de l’enseignement sur trois filières: gastronomie-hôtellerie-tourisme, « éco-activité » (bâtiment, développement durable…) et services à l’industrie, a expliqué son président Jean-Paul Vermès.

Elle va également fermer ou réorganiser des activités d’orientation ou de formation. L’Institut de formation des apprentis Chauvin, dans le Val-d’Oise sera ainsi cédé.

« On est partie prenante des efforts de la nation pour réduire les déficits » mais « il serait difficile de supporter un nouveau coup de rabot » de l’État, a lancé M. Vermès, en demandant « l’arrêt de la baisse de la taxe » qui assurait il y a trois ans la moitié des ressources de la CCI.

Depuis 2013, la chambre consulaire affirme avoir perdu 293 millions d’euros de ressources (dont 153 millions dus à des prélèvements de l’État). Elle présentera en mai un budget rectificatif 2016 en déficit de 27 millions sur un budget global de l’ordre de 600 millions.

Dans ses 24 écoles, dont les prestigieuses HEC, Ferrandi et Gobelins, la CCI Paris-Ile-de-France forme chaque année 60.000 personnes, dont 30.000 jeunes.

shu/jg/bma