La CFTC veut créer un statut unique du « travailleur »

PARIS, 19 septembre 2016 (AFP) – Le président de la CFTC, Philippe Louis, a plaidé lundi pour un statut unique du « travailleur », qui remplacerait tous les autres statuts, y compris celui de fonctionnaire, et offrirait à tous la même protection sociale.

« Le fond du problème, c’est qu’en France, (…) on aime bien catégoriser, on a les fonctionnaires, on a les salariés du privé, on a les indépendants, et quand on n’est pas tout ça, on est chômeur, demandeur d’emploi », a déploré M. Louis sur Radio Notre-Dame.

« Nous, ce qu’on demande, (…) et c’est ça le sens du nouveau contrat social, c’est de n’avoir plus qu’une seule catégorie, et cette catégorie, c’est le travailleur », ce qui induirait notamment, « à terme », de « supprimer le statut de la fonction publique », a-t-il poursuivi.

« Il faut donner les mêmes avantages à tous », a argumenté le syndicaliste, qui a lui-même été, au cours de sa carrière, cheminot, salarié et indépendant.

Cela permettrait, selon lui, de « passer d’une catégorie actuelle vers une autre sans avoir de perte d’avantages, entre guillemets, de perte d’acquis ».

« Cela ne se justifie plus d’avoir toutes ces catégories, il faut raisonner en protection sociale au sens large. (…) Tout travail mérite une protection sociale et tout travail doit participer au financement de cette protection sociale », a-t-il énoncé.

Philippe Louis a notamment plaidé pour un système de retraite harmonisé entre le public et le privé: « On fournit le même travail (…) Pourquoi au bout du compte, on n’aurait pas la même retraite? Mais pas une retraite au rabais, une retraite qui permette de vivre. »

Ce statut du « travailleur », « c’est ce qui commence à se concrétiser avec le fameux compte personnel d’activité (CPA), où on attache les droits à la personne », s’est-il réjoui.

Créé par la loi travail, le CPA regroupera dès 2017 les comptes formation (CPF), pénibilité (C3P) et « engagement citoyen », et sera d’abord ouvert aux salariés, aux chômeurs, puis aux indépendants en 2018 et, par la suite, aux fonctionnaires.