La CPME demande l’abandon des protocoles sanitaires en entreprise après le 10 juillet

PARIS, 18 juin 2020 (AFP) – La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a réclamé jeudi l’abandon des protocoles sanitaires imposés aux entreprises « au plus tard » le 10 juillet, date de sortie de l’état d’urgence sanitaire.

Au moment où le gouvernement a décidé d’alléger les consignes sanitaires dans les écoles, « il serait incohérent de maintenir le protocole national de déconfinement et les guides métiers de bonnes pratiques sanitaires, au-delà de la fin de l’état d’urgence sanitaire », indique l’organisation dans un communiqué.

Les mesures imposées aux entreprises, comme la fourniture d’équipements de sécurité (masque, gel, etc.) aux salariés ou les consignes de distanciation sociale « représentent des coûts importants qui minent la productivité et freinent la reprise d’activité », justifie la CPME.

« Il est maintenant impératif de tenir compte de la situation réelle et de déconfiner totalement les entreprises en imposant le seul respect des gestes barrières. Quitte à réinstaurer les mesures qui s’imposent en cas de reprise de la pandémie », ajoute-t-elle.

mhc/soe/nth