La durée annuelle du travail des Français est plus faible que celle des autres Européens (Etude)

PARIS, 6 juin 2019 – En comparaison internationale, la France fait partie des pays où la baisse de la durée annuelle de travail depuis 1976 a été la plus forte, indique la Direction générale du Trésor dans un rapport dévoilé le 5 juin 2019. Mais sur des durées hebdomadaires, la donne peut être différente.

La durée annuelle moyenne travaillée par salarié est plus faible en France que dans les autres pays européens, indique la Direction générale du Trésor dans une étude publiée le 5 juin . Il n’y a qu’en Allemagne que la durée annuelle a baissé davantage (–26 %), « sous l’effet du développement du temps partiel et de l’impulsion des négociations collectives ».

En France, la durée habituelle hebdomadaire de travail tous salariés confondus s’élève à 36,1 heures, soit un niveau proche de la moyenne européenne (36,3 heures). Cette durée s’établit à 34,3 heures en Allemagne, et à moins de 30 heures aux Pays-Bas. Les salariés à temps complet travaillent habituellement 39,1 heures par semaine en 2017, durée supérieure à la durée légale du travail (35 heures). Mais, précise l’étude, « au cours d’une semaine normale, les salariés français à temps complet travaillent en moyenne moins que leurs voisins européens : 1,2 heure de moins que les Allemands et que la moyenne de l’UE, et 3 heures de moins que les Britanniques ». Toutefois, lorsqu’ils travaillent à temps partiel en revanche, les Français travaillent davantage que dans les autres pays d’Europe : 23,1 heures de travail hebdomadaire en moyenne, soit 2,4 heures de plus que la moyenne européenne, environ 3 heures de plus que les Britanniques et près de 4 heures de plus que les Allemands.

Davantage de jours de congés payés

Certes, la France présente une durée hebdomadaire de travail dans la moyenne européenne, mais elle se distingue par un nombre de jours non travaillés nettement plus élevés sur l’année. Pour les jours fériés, la France se situe dans la moyenne européenne. En revanche, le nombre de droits à jours de congés payés est plus élevé que dans les autres pays européens. Ces jours de congés payés intègrent les congés payés légaux (cinq semaines, soit 25 jours, pour l’ensemble des salariés) et les jours de réduction du temps de travail (RTT, lorsqu’un accord d’entreprise le prévoit). Au total ils s’élèvent à 32 jours en France contre 25 pour la moyenne européenne en 2014. Dans la quasi-totalité des pays européens, le nombre minimum de jours de congés légaux varie entre 20 et 25 jours par an, et peut être plus important grâce aux accords collectifs. Ce sont donc les congés associés à la réduction du temps de travail à la suite de la mise en place des 35 heures qui distinguent le France des autres pays.

En France, la variabilité des droits à jours de congés entre salariés est importante : respectivement 42, 38 et 34 jours dans les fonctions publiques d’État, territoriale, et hospitalière, pour 29 jours dans le secteur privé. Le rapport indique enfin « que la durée du travail en France, temps complet et temps partiel confondus, serait l’une des plus faibles en Europe avec environ 1 520 heures travaillées par an et par salarié en 2015, en dessous de l’Allemagne (écart de –4 %), de l’Espagne (–7 %) et de l’Italie (–8 %) ».