La féminisation de l’emploi public se poursuit, selon le rapport annuel

PARIS, 27 janvier 2020 (AFP) – La féminisation de l’emploi public s’est poursuivie en 2017, selon le rapport annuel sur l’état de la fonction publique 2019, qui vient d’être publié et dont les données chiffrées remontent à deux années.

Fin 2017, 62% des agents publics étaient des femmes contre 46% parmi les salariés du privé.

Côté salaire, le salaire net en équivalent temps plein des femmes est inférieur en moyenne de 12,6% à celui des hommes en 2017. À titre de comparaison, dans le privé, l’écart était de 19% en 2016, soulignent les auteurs du rapport.

Dans la fonction publique d’État (FPE), le versant le moins féminisé, la part des femmes s’élève à 56%, en hausse de 0,4 point (61% hors militaires).

Dans la fonction publique territoriale (FPT), les femmes représentent 61 % des effectifs et près de neuf agents sur dix dans les établissements communaux dont 57% des agents sont issus des filières « sociales » et médico-sociales », à plus de 95% féminines.

À l’inverse, elles ne représentent qu’un quart des effectifs dans les établissements départementaux, structures dans lesquelles 58% des agents exercent dans la filière « incendie et secours » (filière dans laquelle la part des femmes est inférieure à 5%).

La fonction publique hospitalière (FPH) reste le versant le plus féminisé (78%), où la part de l’emploi féminin continue d’augmenter (+0,1 point par rapport à 2016). La proportion des femmes dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées est encore supérieure avec 87%.

Les femmes sont majoritaires dans les trois catégories hiérarchiques (A,B et C). C’est parmi les agents de catégorie B qu’elles sont le moins présentes (56%), en raison du poids important des militaires dans cette catégorie. Hors militaires, les femmes représentent 63% des effectifs de cette catégorie.

Parmi ces derniers, statut le moins féminisé avec 16 % de femmes en 2017, leur proportion a néanmoins augmenté de 2 points en dix ans.

Les femmes restent minoritaires parmi les agents de catégorie A+ (la mieux rémunérée) malgré une augmentation de 0,5 point en un an à 41 % et de 3 points depuis 2010. Dans la FPH, cette part augmente de 1,9 point, avec une hausse de 4,6 points parmi les ingénieurs hospitaliers en chef.

À l’exception de la FPH, les femmes sont aussi plus nombreuses parmi les contractuels que parmi les fonctionnaires.

Dans la FPT, 67% des agents contractuels sont des femmes contre 59% des fonctionnaires.

Dans la FPE (hors enseignants), l’écart est même un petit peu plus marqué (63 % contre 53 %).

ls/lum/shu