La nouvelle ministre du Travail devra faire face à une action de son personnel jeudi

PARIS, 17 mai 2017 (AFP) – La CGT, premier syndicat au ministère du Travail, appelle à une mobilisation du personnel pour dénoncer la baisse des effectifs, jeudi, au lendemain de la nomination de Muriel Pénicaud.

Cette action a été décidée avant l’élection présidentielle et le changement de gouvernement.

« En 8 ans, les effectifs du ministère sont passés de 9.826 personnes à 7.983, soit une baisse de plus de 18,5% », a indiqué mercredi à l’AFP Julien Boeldieu représentant du syndicat CGT-TEFP (Travail-Emploi-Formation professionnelle) en Ile-de-France.

La baisse affecte notamment les inspecteurs du travail et contrôleurs, chez qui elle est d’abord le résultat de « non-remplacements de personnes parties à la retraite », précise-t-il.

En conséquence, les inspecteurs en poste auront « des zones géographiques à contrôler plus importantes », ajoute le représentant.

Sollicité par l’AFP, le ministère n’était pas en mesure de répondre.

A la nouvelle ministre, « on veut dire d’arrêter cette politique » mais « on n’attend pas grand chose » d’elle, dit Julien Boeldieu, qui ne connaissait pas encore le nom du successeur de Myriam El Khomri.

A Paris, une rassemblement est prévu à 11h00 place Stalingrad et ensuite à 14h30 devant la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) d’Ile-de-France. Le syndicat a déposé des préavis de grève pour permettre aux personnels de participer aux actions locales.

Des rassemblements identiques sont prévus devant les DIRECTTE de chaque région.

emc/shu/sd