La Poste va verser une prime exceptionnelle à 200.000 salariés

PARIS, 19 décembre 2018 (AFP) – La Poste a décidé « d’octroyer une prime exceptionnelle pour ses collaborateurs », d’un montant maximal de 300 euros, a annoncé mercredi le groupe dans un communiqué.

La prime exceptionnelle sera d’un montant de 300 euros « pour les postiers ayant une rémunération brute annuelle jusqu’à 1,5 fois le Smic » et de 200 euros « pour les postiers ayant une rémunération brute annuelle comprise entre 1,5 et 3 fois le Smic ».

« Environ 200.000 collaborateurs » sont concernés par cette mesure qui représente une enveloppe totale de 50 millions d’euros, selon le groupe, qui précise que le versement sera effectué « dès le début de l’année 2019 ».

La CFDT (2e syndicat à La Poste derrière la CGT) « a été entendue sur le fait que la prime doit s’appliquer à tous les postiers du groupe (salariés et fonctionnaires) dans toutes les entreprises du groupe », a salué auprès de l’AFP un de ses représentants, Stéphane Chevet.

Le syndicaliste précise que « pour la CFDT, le sujet doit également être exonéré » des négociations annuelles obligatoires (NAO). « Nous avons eu l’engagement que cette somme ne serait pas +retirée+ de l’enveloppe globale », a-t-il indiqué.

SUD-PTT, 3e syndicat du groupe, regrette que le montant de cette prime soit en deçà de celles annoncées par plusieurs autres grandes entreprises. « Si les dirigeants de la Poste ne savent pas où chercher pour combler les 700 euros qui manquent, nous avons une solution très simple: il suffit de diviser les dividendes versés aux actionnaires sur une année par le nombre de salariés du groupe La Poste », a souligné à l’AFP le syndicaliste Eddy Talbot.

L’Unsa-Postes « espérait un coup de pouce supplémentaire pour les bas salaires, un postier débutant percevant une rémunération brute à peine supérieure au Smic », a expliqué son secrétaire général Luc Girodin à l’AFP, qui se réjouit toutefois que les fonctionnaires de La Poste soient concernés alors que le projet de loi ne le prévoit pas.

Cette prime exceptionnelle étant inférieure à 1.000 euros, elle sera défiscalisée.

Plusieurs grands groupes français ont répondu positivement à la demande d’Emmanuel Macron du 10 décembre de verser sur la base du volontariat, une « prime de fin d’année à leurs employés » sans impôt, ni cotisations sociales, parmi lesquels Orange, Total ou la SNCF.

ast/cel/tes