La rémunération des patrons et le cumul des mandats au menu des AG 2016

  PARIS, 19 janvier 2016 (AFP) – La rémunération des dirigeants et la limitation du nombre de mandats des administrateurs seront parmi les thèmes dominants des assemblées générales d’actionnaires en 2016, selon des experts réunis mardi lors d’une table ronde de l’Hebdo des AG.

Ces thèmes seront au centre des débats lors de la saison des AG qui commence en avril et s’achève en juin, même si « la plupart des sociétés n’ont pas arrêté leur ordre du jour », explique Bénédicte Hautefort,éditrice de L’Hebdo des AG, spécialisée dans les questions de gouvernance.

Les sociétés de conseil aux actionnaires ou les représentants de société de gestion d’actifs ont notamment souligné lors de cette table-ronde le fait que la rémunération des dirigeants doit être davantage liée à la performance du bénéficiaire et inscrite dans le long terme.

Depuis juin 2013, le code de gouvernance Afep-Medef prévoit qu’en assemblée générale, les rémunérations des dirigeants mandataires sociaux soient désormais soumises au vote consultatif des actionnaires. Cette mesure, appelée « say on pay » dans le monde anglo-saxon, puisque les actionnaires votent (say) sur les rémunérations (pay), va s’appliquer pour la troisième année.

En 2015, 84% des actionnaires ont approuvé la rémunération des dirigeants du CAC 40, contre 92% en 2014, une baisse qui a été ressentie « comme un camouflet par de nombreux dirigeants », indique Bénédicte Hautefort.

La question de la disponibilité des administrateurs, et du dirigeant en particulier, a également retenu l’attention des experts.

« C’est un véritable point d’attente pour les investisseurs qui veulent des dirigeants disponibles et n’approuvent pas vraiment le cumul des mandats », souligne Mme Hautefort.

En 2015, 26 candidats administrateurs du SBF 120 faisaient l’objet d’une recommandation de vote défavorable pour « overboarding » contre huit en 2014, selon l’Hebdo des AG.

D’autres sujets de gouvernance ont également été évoqués par les experts, notamment la question des administrateurs salariés, « qui revient à l’ordre du jour avec la loi Rebsamen », précise Bénédicte Hautefort.

La loi du 17 août 2015 rend obligatoire la présence d’administrateurs salariés dans toutes les entreprises employant, avec leurs filiales, 1.000 salariés en France (ou 5.000 salariés au total), alors que 50% des entreprises du CAC 40 étaient « hors périmètre de la loi » jusqu’ici, avance Mme Hautefort.

Selon elle, « ce n’est pas un sujet de tension de la part des investisseurs qui voient cela d’un bon oeil ».

Enfin, le retour des mesures anti-OPA, « très impopulaires chez les investisseurs » ainsi que le « durcissement des conditions d’acceptation d’augmentation de capital par apport en nature » font également partie des thèmes identifiés pour les AG de 2016.

as/jbo/cb/az