L’Allemagne interdit l’entrée sur son territoire aux saisonniers

BERLIN, 25 mars 2020 (AFP) – L’Allemagne a annoncé mercredi l’interdiction d’entrée sur son territoire des travailleurs saisonniers étrangers, afin de tenter de contrer la pandémie de nouveau coronavirus, malgré l’opposition d’un monde agricole en manque de main d’oeuvre avant d’importantes récoltes.

« Les travailleurs saisonniers ne seront plus autorisés à entrer en Allemagne, dans le cadre de nos contrôles aux frontières », a indiqué mercredi un porte-parole du ministère de l’Intérieur, ajoutant que cette règle serait applicable à partir de 17h00 (16h00 GMT) mercredi.

Cette interdiction s’applique même aux ressortissants des états membres de l’Union européenne, qui fournit le plus gros contingent de travailleurs saisonniers dans les exploitations agricoles allemandes.

L’Allemagne accueille chaque année près de 300.000 travailleurs saisonniers étrangers pour son agriculture, en majorité venus de Roumanie et de Pologne, selon les chiffres du principal syndicat agricole du pays, le DBV.

Cette main d’oeuvre est essentielle pour le secteur au début du printemps, de nombreuses récoltes de cultures maraîchères et fruitières ayant lieu entre les mois d’avril et de juin, notamment les fraises et les asperges.

La DBV alertait déjà depuis plusieurs jours Berlin sur le manque de main d’oeuvre pour assurer ces récoltes, alors que la fermeture des frontières dans plusieurs pays d’Europe centrale et de l’Est empêchait de nombreux saisonniers d’entrer sur le territoire allemand.

« Ces restrictions sont indispensables pour ralentir la propagation de l’infection », a expliqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Pour pallier ce déficit de bras, la ministre allemande de l’Agriculture, Julia Klöckner, a déjà émis l’idée de faciliter l’emploi de personnels de la restauration, de chômeurs, mais également de migrants pour prêter main forte aux agriculteurs.

Le secteur agricole a besoin de « 30.000 saisonniers » immédiatement et « 85.000 en mai », selon elle.

En France, où l’agriculture est confrontée à la même difficulté, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a lancé mardi un appel « à l’armée des hommes et des femmes » qui « n’ont plus d’activité » en raison de la crise du coronavirus, « à rejoindre la grande armée de l’agriculture française ».

fcz/yap/sst