L’apprentissage rebondit de 2,5% au 3e trimestre en métropole

PARIS, 6 novembre 2015 (AFP) – L’apprentissage a rebondi au 3e trimestre, avec l’entrée en formation de 105.900 jeunes entre juillet et septembre en métropole, soit une hausse de 2,5% par rapport au troisième trimestre 2014, selon des données provisoires mises en ligne vendredi par le ministère du Travail.

L’année dernière, la Dares, service des statistiques du ministère, n’avait enregistré que 103.400 nouveaux contrats sur la période, secteurs public et privé confondus.

L’apprentissage connaît néanmoins une légère baisse (-0,4%) sur le seul mois de septembre.

Les entrées dans le dispositif suivent une progression cyclique, avec des pics à la rentrée scolaire. Septembre est traditionnellement le deuxième plus gros mois en termes d’entrées, après octobre.

Sur le trimestre, la hausse a été plus forte dans le public (+5,0%) que dans le privé (+2,4%), mais ce dernier secteur reste, de loin, le plus gros moteur de l’apprentissage, avec 97% des nouveaux contrats. Le secteur public en a enregistré 3.500, contre 102.400 dans le privé.

Mais l’embellie du 3e trimestre n’efface pas la dégradation des trimestres précédents, puisqu’en année glissante, les entrées dans le dispositif restent mal orientées: -2,8%, tous secteurs confondus.

L’apprentissage est en nette perte de vitesse depuis deux ans: les entrées dans le dispositif ont baissé de 3% en 2014, après une chute de 8% en 2013.

Malgré cette baisse des « flux », le gouvernement vise un « stock » de 500.000 apprentis en 2017, contre 391.000 en 2014. Le « stock » désigne tous les jeunes en apprentissage à une période donnée, alors que le « flux » ne considère que les nouveaux entrants.

Accessible aux jeunes de 25 ans et moins, l’apprentissage est une formation initiale qui alterne cours théoriques et périodes en entreprise. Le dispositif est jugé efficace pour l’insertion professionnelle mais souffre d’une image dégradée.

Le gouvernement tente, depuis mi-2014, de relancer l’apprentissage, avec un nouveau régime d’aides aux entreprises.

La dernière est entrée en vigueur en juin. Pour toute embauche d’un apprenti mineur, les entreprises de moins de 11 salariés bénéficient, la première année, d’une aide forfaitaire de 4.400 euros, correspondant au salaire minimum de l’apprenti et aux cotisations sociales.

jah/db/gf/sg