Le Centre d’études de l’emploi (CEE) absorbé par le Cnam

PARIS, 30 septembre 2016 (AFP) – Le Centre d’études de l’emploi (CEE), en difficulté depuis 2010 après une baisse de subventions, sera dissout et ses activités transférées à partir de samedi au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), selon un décret publié vendredi au Journal officiel.

« L’établissement public national à caractère administratif dénommé +Centre d’études de l’emploi+ est dissout » et ses « biens, droits et obligations, ainsi que (ses) activités », sont « transférés au Conservatoire national des arts et métiers », stipule le décret, qui « entre en vigueur le 1er octobre 2016 ».

Au sein du Cnam, l’ex-CEE prendra le nom de Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET), selon un communiqué du CEE.

Les difficultés du Centre d’études de l’emploi ont commencé en 2010, quand le gouvernement a décidé de réduire ses subventions.

Pour Anne Eydoux, représentante du personnel au Conseil d’administration du CEE, le transfert au Cnam est « à la fois une défaite et une victoire »: « une défaite parce que le Centre d’études de l’emploi est passé par une procédure très longue de restructuration et a vu fondre ses effectifs en cinq ans, mais une victoire quand même parce qu’on craignait une suppression pure et simple ».

« Du côté des chercheurs, il y a beaucoup d’attentes sur les collaborations qui vont se développer » avec les chercheurs du Cnam, « on a l’espoir de continuer à faire un travail intéressant sur l’emploi et le travail », a-t-elle dit à l’AFP.

Le CEE procède à des études dans le domaine de l’emploi pour éclairer l’action des pouvoirs publics et des acteurs économiques et sociaux. Son équipe de 35 personnes, contre une soixantaine avant les coupes, restera, basée à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) pendant cinq ans.

jah/cel/DS