Le crédit d’impôt devrait continuer à doper l’emploi dans le cinéma en Ile-de-France

PARIS, 26 avril 2017 (AFP) – Le renforcement du crédit d’impôt dans le cinéma, qui favorise les tournages étrangers et la relocalisation des films français, devrait continuer à doper l’emploi dans ce secteur en Ile-de-France en 2017, selon l’étude annuelle menée par la Commission du film d’Ile-de-France avec le groupe Audiens.

En 2015, en Ile-de-France, région qui concentre l’essentiel de l’activité de la production, les emplois permanents ont augmenté de 1% à près de 30.000, indiquent la commission du film et Audiens dans un communiqué. Un « retour de la croissance » après « une année 2014 stable au niveau de la masse salariale ».

Cette croissance est due principalement à la reprise des investissements dans le cinéma français en 2015, la relocalisation en Ile-de-France de productions à gros budget comme « Chocolat » de Roschdy Zem, et la hausse de la production de séries télé (« Versailles », « Le Bureau des Légendes »).

Pour 2016, « année exceptionnelle » dont le bilan n’a pas encore été finalisé, l’étude table sur une activité « plus importante qu’en 2015 », avec une croissance des emplois estimée à 5%. En raison de nouvelles relocalisations de films français (« Au Revoir là-haut » d’Albert Dupontel, « Marie-Francine » de Valérie Lemercier…) et du développement des tournages étrangers en France (le film indien « Befikre », « Jackie » de Pablo Larrain), avec des investissements étrangers multipliés par trois l’an dernier grâce au crédit d’impôt international.

Cet abattement fiscal, qui incite les productions étrangères à se tourner vers la France, a été relevé au 1er janvier 2016 de 20 à 30% des dépenses du film dans l’Hexagone.

Dans le même temps, une réforme du crédit d’impôt national, dont le taux a été généralisé à 30% à partir de 2016, a permis que les tournages de films français soient de moins en moins délocalisés.

« Les voyants sont au vert. Et pour le début 2017, on voit bien que ça va se poursuivre », a indiqué à l’AFP Pierre-Yves Bournazel, président de la Commission du film d’Ile-de-France. Selon l’étude, « la dynamique de relocalisation de tournages de films français à gros budget se confirme » cette année. L’activité internationale va aussi « se renforcer », ajoute-t-elle, avec plusieurs longs métrages d’animation en cours de fabrication, et l’arrivée de productions hollywoodiennes (comme « Mission impossible 6 », dont le tournage a débuté début avril).

En outre, le secteur des effets spéciaux devrait être « relancé fortement » grâce notamment à de nouvelles mesures fiscales entrées en vigueur en janvier.

slb/alu/fm