Le fait religieux en entreprise pas plus visible qu’il y a quelques années (sondage)

PARIS, 22 octobre 2016 (AFP) – Plus de trois salariés sur quatre (77%) estiment que « le fait religieux n’est pas plus visible qu’il y a quelques années dans leur entreprise », selon un sondage BVA pour mediarh.com publié samedi.

A l’inverse, 13% pensent que le fait religieux est plus visible, 10% qu’il l’est moins.

La majorité des salariés (51%) disent d’ailleurs ne pas connaître les convictions religieuses de leurs collègues. Parmi ceux qui les connaissent, il s’agit surtout des collègues les plus proches (33%).

Un salarié sur deux (47%) n’a jamais « ressenti de malaise lié » à des pratiques comme le port de la croix catholique, du voile ou de la kippa, ou la prière. En revanche 28% le ressentent souvent ou de temps en temps et 25% rarement.

Quant à la prise en compte du fait religieux dans leur entreprise, les salariés interrogés y sont plutôt défavorables: ils sont ainsi opposés au port d’un signe religieux visible (67%), à une demande de congés (41%), des menus spécifiques (49%) ou un réaménagement du temps de travail (71%) pour des motifs religieux.

Interrogés sur l’attitude de leur entreprise, 15% des salariés disent qu’elle a pris des dispositions pour encadrer le fait religieux, mais de telles décisions ne semblent indispensables qu’à 18% des salariés.

Enquête réalisée en ligne du 5 au 10 octobre auprès de 1.004 salariés français, selon la méthode des quotas.

db/ls/csg