Le gouvernement lance mercredi un « Tour de France de l’égalité » femmes/hommes

PARIS, 3 octobre 2017 (AFP) – Le Premier ministre, Edouard Philippe, lancera mercredi le « Tour de France de l’égalité entre les femmes et les hommes », destiné à « recueillir la parole » des femmes » et « leurs préoccupations », a annoncé mardi la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa.

« La plupart des ministres vont faire des déplacements partout en France », a expliqué Marlène Schiappa interrogée sur France 24 et RFI.

Dans un communiqué diffusé dans la soirée, Matignon a rappelé que « l’égalité entre les femmes et les hommes a été consacrée +Grande cause nationale+ par le Président de la République pour la durée du quinquennat ».

Edouard Philippe et Marlène Schiappa se rendront mercredi après-midi au lycée Descartes de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne) pour lancer ce Tour de France « qui permettra de mobiliser autour d’ateliers menés sur tout le territoire l’ensemble des acteurs de la société autour de deux objectifs principaux : faire progresser l’égalité des droits et assurer l’égalité dans les faits », ont indiqué les services du Premier ministre.

Les paroles des femmes et des hommes seront recueillies, a tenu à préciser à l’AFP l’entourage de la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femmes/hommes.

Sur France 24 et RFI, Mme Schiappa a ajouté que ce Tour de France « se terminera par une forme de forum européen dans lequel nous allons partager ces politiques avec mes homologues européens ».

Lors de la présentation de sa feuille de route en septembre, elle avait indiqué qu’il se déroulerait jusqu’à 8 mars, journée internationale des Droits des femmes.

« Il y aura une consultation, d’abord en ligne, pour permettre aux femmes de s’exprimer sur les sujets qui les préoccupent et une consultation sur le terrain, dans l’ensemble du territoire », sous forme d’ateliers, « avec des ambassadrices et des ambassadeurs dans les 18 régions, métropole et Outre-mer », avait-elle alors précisé.

« A l’issue de ce Tour de France, nous transformerons leurs préoccupations en politiques publiques et nous ajusterons ce que nous faisons en fonction des demandes des femmes elle-mêmes », avait-elle expliqué.

est/db/cam