Le nombre d’assurés au régime agricole a baissé de 0,6% en 2016

PARIS, 14 février 2017 (AFP) – La population protégée par l’assurance maladie du régime agricole a baissé de 0,6% en 2016 à 3,2 millions de personnes, en raison du recul du nombre de non-salariés, a indiqué mardi la mutualité sociale agricole (MSA).

En 2015 la population était restée stable.

« Cette baisse résulte de la combinaison de deux mouvements inverses: une progression moins dynamique qu’en 2015 des effectifs de personnes protégées au titre du régime des salariés agricoles et un recul de ceux relevant du régime des non-salariés agricoles », explique la MSA.

A la fin 2016, 1,8 million de personnes relevaient du régime des salariés agricoles pour leur assurance maladie, soit 57% des assurés. Cette population progresse modérément, de 1,5% sur l’année 2016, après + 2,8% l’année précédente.

Au régime des non-salariés agricoles, 1,4 million de personnes sont protégées, soit 43% des assurés. La baisse des effectifs se poursuit en 2016, affichant un recul de 3,3% après – 3,6% en 2015.

Le régime agricole compte une majorité d’hommes. Ils représentent 55% de la population protégée totale, avec une proportion sensiblement identique dans les deux régimes.

En revanche, l’âge moyen des non-salariés agricoles est nettement supérieur à celui des salariés, soit 63 ans contre 42 ans. Ceci tient au grand nombre de retraités protégés en maladie au régime des non-salariés agricoles. Les personnes de 60 ans et plus représentent 62% des effectifs au régime des non-salariés, contre 25% au régime des salariés.

Par ailleurs, la MSA a indiqué que le nombre d’accidents du travail et de maladies professionnelles (ATMP) des non-salariés agricoles a diminué de 6,4% en 2015.

Cependant cette année-là on a compté 111 décès chez les non-salariés agricoles à la suite d’un ATMP, contre 87 en 2014 et 90 en 2013. Parmi ces 111 décès, 104 font suite à un accident du travail mortel.

Les chefs d’exploitation, avec 99 accidents du travail mortels, sont les premiers concernés. Il s’agit surtout d’éleveurs de bovins (44,4%) et d’exploitants des grandes cultures (11,2%).

Pour les chefs d’exploitation agricole, 1.615 nouvelles maladies professionnelles ont été reconnues en 2015, en baisse de 1,5% par rapport à 2014.

etr/ngu/ef/sd