Le Parlement de FO fustige les ordonnances

 

02/10/2017 – Dialogue et relations sociales – Marché du travail et emploi

PARIS, 30 septembre 2017 (AFP) – Les ordonnances réformant le code du travail constituent « une véritable régression sociale » et « mettent en péril le syndicalisme confédéré », selon une résolution signée vendredi par une écrasante majorité d’unions départementales et de fédérations de Force Ouvrière (FO), qui jugent « nécessaire » une mobilisation.

Cette résolution, dont l’AFP a obtenu copie samedi, a été signée par 123 unions départementales (UD) et fédérations, tandis que 20 se sont abstenues, selon des syndicats présents à la réunion vendredi.

Dans ce document, le Comité confédéral national (CCN), Parlement de FO, « souligne l’importance du travail réalisé par la confédération durant trois mois de concertation en application du réformisme militant et qui a permis le maintien de certaines garanties et le blocage de plusieurs dispositions ».

Toutefois, les ordonnances « s’inscrivent dans la même logique néolibérale » que la loi travail de 2016, relève-t-il.

« Les textes finaux comportent nombre de mesures inacceptables, dont le CCN revendique le retrait ». Il fustige « une véritable régression sociale » et estime que certaines mesures « mettent en péril le syndicalisme confédéré ».

Le CCN « condamne » en particulier la fusion des instances représentatives du personnel (IRP).

Pour lui, « une mobilisation interprofessionnelle avant la ratification des ordonnances est nécessaire ». Le CCN « donne mandat » à la direction « pour prendre toutes les dispositions et initiatives dans ce sens », « y compris en lien avec les autres confédérations syndicales ».

La direction de Force ouvrière s’était refusée, jusqu’à présent, à appeler à manifester contre les ordonnances, mais de nombreuses fédérations et UD s’étaient jointes aux deux premières journées d’actions organisées par la CGT les 12 et 21 septembre.

« Les militants de FO considèrent qu’il faut un peu monter le ton, (…) c’est ce que je ferai dans les semaines à venir », a promis Jean-Claude Mailly vendredi après la réunion du CCN.

bow/jah/db/LyS