Le président de l’UIMM souhaite une reprise d’activité rapide dans l’industrie

PARIS, 17 avril 2020 (AFP) – Le président de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) Philippe Darmayan souhaite que « la reprise se fasse dans toutes les usines », en affirmant que « la meilleure façon d’assurer le futur, c’était la reprise d’activité ».

« On est face à un risque de déclin de l’industrie qui est phénoménal, qui n’a rien à voir avec ce qu’on a vécu en 2009 », a déclaré M. Darmayan sur France Info. « Plus on attend et plus le risque de licenciements économiques (…) va s’accroître ».

« Si aujourd’hui, je pousse autant pour qu’effectivement la reprise se fasse dans toutes les usines, c’est bien pour qu’on aille vite et qu’on évite cela (…) parce qu’on voit un espoir de commandes arriver », a poursuivi M. Darmayan, également président d’ArcelorMittal France.

Pour le président de l’UIMM, « la meilleure façon d’assurer le futur, c’est la reprise d’activité (…) qui est l’assurance tous risques des industries françaises ».

Interrogé sur le déconfinement progressif à partir du 11 mai, M. Darmayan a jugé que c’était « trop tard ».

« D’ailleurs le président de la République l’a dit: toutes les installations qui sont capables de travailler de façon sanitairement irréprochable et qui ne sont pas interdites par le gouvernement doivent fonctionner », a-t-il affirmé.

Pour le président de l’UIMM, « nous ne travaillerons pas demain, aujourd’hui, comme on travaillait hier » car cela « demande une analyse des risques, une organisation du travail différente et ça se prépare ».

« Il faut le faut le faire dès maintenant si on veut être capables de faire une vraie reprise », a-t-il insisté.

Par ailleurs, sur la question des dividendes, M. Darmayan n’a pas souhaité appeler à « ne pas verser de dividende », affirmant sa « confiance aux chefs d’entreprise ».

Ceux-ci « ont à gérer leur entreprise, le dividende comme les salaires, comme l’emploi », a-t-il dit, et « l’ensemble de ces choses (…) doit être jugé au niveau de l’entreprise et pas au niveau d’une branche ».

sbo/tq/LyS