Le président du Medef favorable à la nationalisation d’entreprises en grande difficulté

PARIS, 23 mars 2020 (AFP) – Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux s’est dit lundi favorable à des nationalisations d’entreprises françaises mises en grande difficulté par l’impact du coronavirus.

Interrogé sur France info sur l’opportunité pour l’Etat de prendre une telle décision, le patron du Medef a répondu « bien sûr. Il ne faut pas avoir de tabous en la matière ».

« Il faudra effectivement que l’Etat soit là si besoin pour venir au secours des entreprises qui seraient dans une situation financière très difficile », a-t-il ajouté.

« On est face à un phénomène totalement unique. Il ne s’agit pas d’une crise financière comme on a pu le connaître en 2008 », a-t-il encore estimé, citant notamment l’exemple d’Air France, qui « n’a plus de chiffre d’affaires, ou quasiment plus », actuellement.

« Il est légitime que l’Etat français (…) vienne à son secours », a jugé M. Roux de Bézieux.

Plus généralement, le président de l’organisation patronale a estimé qu’à l’issue de cette crise, les entreprises auraient besoin d’un soutien pour renforcer leurs fonds propres.

« Les entreprises vont sortir de cette crise très endettées. Cette dette il faudra la rembourser », a-t-il indiqué, appelant à des « crédits de capitaux » remboursables sur 10 ou 20 ans « de façon à donner aux chefs d’entreprises suffisamment de temps pour relancer la machine et repartir en croissance ».

Cette aide ne pourra « probablement » venir que de l’Etat, a-t-il ajouté.

« Cette crise va forcément créer un effet de récession. (…) L’important c’est déjà de réfléchir au plan de relance et comment faire redémarrer rapidement notre outil productif », a-t-il insisté.

mhc/cd/eb