Le revenu universel, « une proposition réaliste » pour Generationlibre

PARIS, 5 janvier 2017 (AFP) – Le revenu universel, destiné à lutter contre la pauvreté, est « une proposition réaliste » qui aurait « un effet neutre sur les finances publiques » si elle était accompagnée d’une vaste réforme du système fiscal, estime Generationlibre dans un rapport publié jeudi.

En réponse à de récentes critiques, le groupe de réflexion libéral entre dans le détail technique des réformes nécessaires pour mettre en oeuvre le revenu universel.

L’idée d’un revenu de base qui serait versé à tous sans condition de ressources a été jugée « irréaliste », en raison de son coût, par l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), une opinion partagée par Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et François de Rugy.

Cette option figure en revanche, avec des variantes, aux programmes de Benoît Hamon et Jean-Luc Bennahmias, autres candidats à la primaire du PS et de ses alliés, et de Yannick Jadot chez les écologistes.

Manuel Valls prône pour sa part un « revenu décent » qui fusionnerait les actuels minimas sociaux, et serait donc réservé aux plus modestes.

Tel que proposé par Generationlibre, le revenu universel consisterait en un « revenu de liberté pour tous » (Liber) qui ne couvrirait que les besoins de base (habillement, nourriture, transport, énergie, télécommunications) et « pourrait être réalisé sans bouleverser les grands équilibres macroéconomiques de la Nation ».

Il s’agirait de donner à chaque résident légal sur le territoire, environ 500 euros par mois sous forme d’un crédit d’impôt. Pour financer ce système, une taxe d’environ 25% (baptisée Libertaxe) remplacerait l’impôt sur le revenu. Chaque mois, l’administration fiscale ferait les calculs.

Par exemple, le SDF sans ressources percevrait 500 euros, tandis qu’à l’autre bout de l’échelle des revenus, celui qui doit payer 1 million d’euros de Libertaxe par mois ne devrait plus verser que 999.500 euros.

Quelqu’un qui gagne 1.000 euros par mois percevrait 250 euros de plus après cette taxe. « Mécaniquement, dès que vous dépassez 2.000 euros de revenus, vous devenez contributeur net au système », explique Generationlibre.

Les allocations familiales seraient remplacées par un Liber enfant (200 euros en dessous de 14 ans) et un Liber jeune (270 euros entre 14 et 18 ans).

Le revenu universel remplacerait de nombreuses prestations, telles le RSA, mais d’autres comme les aides au logement, l’assurance-chômage ou les retraites subsisteraient, ou seraient aménagées (minimum vieillesse, allocation adulte handicapé …).

L’instauration de ce système entraînerait également une « réforme majeure » des cotisations sociales calculées sur la feuille de paie.

paj/shu/cam