Le taux de chômage devrait poursuivre sa lente décrue au 1er semestre 2017 (Insee)

PARIS, 16 mars 2017 (AFP) – La baisse du chômage, entamée fin 2015, devrait se poursuivre au 1er semestre 2017, l’Insee tablant jeudi sur une baisse du taux à 9,5% de la population active en métropole et à 9,8% avec l’outre-mer.

Le taux de chômage, qui s’est replié à 9,7% fin 2016 (10,0% en France entière), reculerait à 9,5% (9,8%) au 1er trimestre 2017, avant de se stabiliser, selon la note de conjoncture de l’Institut national de la statistique. A mi-2017, le taux de chômage serait quasi stable (-0,1 point) sur un an.

L’indicateur, mesuré selon les normes du Bureau international du travail (BIT), retrouverait ainsi un niveau jamais observé depuis le 3e trimestre 2012.

Ces prévisions sont quasi identiques à celles publiées à la mi-décembre, malgré une prévision de croissance plus solide (+0,3% attendus au 1er trimestre, +0,5% au 2e).

Le recul du chômage serait dû à une poursuite des créations nettes d’emplois d’ici à mi-2017 (93.000, dont 81.000 dans le secteur marchand), qui suffirait à absorber la hausse de la population active (+48.000 personnes).

La hausse de l’emploi marchand serait principalement due aux services, qui gagneraient 77.000 postes. Les effectifs de l’intérim (+10.000) et de la construction (+4.000) seraient aussi bien orientés, tandis que l’industrie continuerait à détruire des emplois (-10.000).

Mais, après les 187.200 créations d’emploi de 2016 – meilleure performance depuis 2007 -, « l’emploi ralentirait légèrement d’ici mi-2017 », notamment parce que « l’effet d’enrichissement de la croissance en emplois » des « mesures d’abaissement du coût du travail » serait « un peu moins important ».

L’institut estime notamment que la montée en puissance du CICE au 1er janvier aurait un impact « faible à horizon mi-2017 ». Résultat: le surplus d’emplois engendré par le Pacte de responsabilité et le CICE ne serait que de 20.000 postes au 1er semestre 2017, contre 30.000 au second semestre 2016.

L’impact de la prime à l’embauche dans les PME serait également de 20.000 emplois supplémentaires début 2017.

jah/db/er