Léger repli de l’emploi à domicile au 3e trimestre 2017

PARIS, 19 janvier 2018 (AFP) – L’emploi à domicile chez les particuliers a reculé au troisième trimestre 2017, poursuivant son repli observé au deuxième trimestre, mais à un rythme moins soutenu grâce au dynamisme du champ de la garde d’enfant, a annoncé l’organisme collecteur des cotisations de Sécurité sociale (Acoss).

La baisse de la masse salariale nette versée par les employeurs de salariés à domicile (garde d’enfants, aides-ménagères, etc…) s’explique par le recul du volume horaire déclaré (-0,7%), compensé seulement en partie par la hausse de 0,5% du taux de salaire horaire moyen, précise l’Acoss dans ses chiffres trimestriels publiés vendredi.

En un an (troisième trimestre comparé à la même période de 2016), la masse salariale nette est restée stable, le volume horaire déclaré par les employeurs ayant baissé de 1,7% tandis que le taux horaire moyen versé aux salariés augmentait de 1,7%.

Le repli du troisième trimestre s’explique essentiellement par l’emploi à domicile hors garde d’enfant, dont la masse salariale nette a baissé de 0,7%, comme au trimestre précédent. En un an, elle est en baisse de 0,6%.

Sur le champ de la garde d’enfant, la masse salariale est restée dynamique: +0,9% au cours du trimestre et +3,6% en un an. Le nombre d’employeurs a notamment augmenté de 1,5%, après déjà deux hausses successives de 0,8% et 0,9% au 1er et 2e trimestres 2017.

Le nombre total de particuliers employeurs à domicile s’élevait à 1,92 million à la fin du 3e trimestre, dont 98.000 employaient un salarié pour une garde d’enfant.

Sur le champ des assistantes maternelles (qui gardent les enfants à leur domicile), le volume horaire effectué a diminué de 0,5% au 3e trimestre et de 0,8% en un an. La masse salariale nette est néanmoins restée stable (+0,1%), progressant même de 0,8% en un an principalement grâce à une hausse de 1,7% du taux de salaire moyen, explique l’Acoss, qui recensait 867.000 employeurs d’une assistante maternelle au 3e trimestre.

Au total, en comptant l’emploi à domicile et les assistantes maternelles, la masse salariale nette versée par les particuliers employeurs a diminué de 0,3% au 3e trimestre, après une relative stabilité sur le trimestre précédent. En un an, elle a progressé de 0,4%.

Ces chiffres « confirment que la garde d’enfants à domicile est une solution adaptée pour de plus en plus de parents », a commenté la Fédération des particuliers employeurs (Fepem), appelant « les pouvoirs publics à écarter toute nouvelle mesure de politique familiale susceptible de déstabiliser les ménages ».

Pour encourager l’emploi déclaré, la Fepem milite en outre pour que le crédit d’impôt des employeurs à domicile devienne immédiat chaque mois, et ne soit plus effectif avec une année de décalage.

jlo/shu/psb