L’emploi à domicile a terminé l’année 2016 en baisse

PARIS, 13 avril 2017 (AFP) – L’emploi à domicile a terminé l’année 2016 en légère baisse après avoir stagné au premier semestre, mais est resté très dynamique dans le champ de la garde d’enfants, a annoncé vendredi l’organisme collecteur des cotisations de Sécurité sociale (Acoss).

La masse salariale nette versée par les employeurs de salariés à domicile (garde d’enfants, aides-ménagères, etc.) a diminué de 0,4% au quatrième trimestre par rapport au troisième, confirmant l’orientation entamée au trimestre précédent.

Cette baisse s’explique par une diminution du nombre d’heures déclarées, résultant d’un moindre nombre d’employeurs (-0,8% sur le trimestre à 1,9 million de personnes).

Sur un an (quatrième trimestre comparé à la même période de 2015), la masse salariale nette a légèrement diminué (-0,3%), la progression du salaire horaire moyen n’ayant pas entièrement compensé la baisse du nombre d’heures déclarées.

Dans le champ de la garde d’enfants à domicile, la masse salariale est restée dynamique: +2,1% sur le trimestre et +5% sur un an.

Ce secteur avait bénéficié d’un coup de pouce dès la fin 2014 avec le vote d’un allègement de charges forfaitaire renforcé (de 0,75 à 1,50 euro par heure travaillée) pour les employeurs faisant garder leurs enfants de 6 à 13 ans.

Afin de soutenir l’emploi à domicile et lutter contre le travail au noir, cette réduction de cotisations a été portée le 1er décembre 2015 à 2 euros par heure pour toutes les activités de services à la personne (garde d’enfants mais aussi aide aux personnes âgées, handicapées, aides-ménagères, etc…).

Dans le champ de l’emploi à domicile hors garde d’enfants, la masse salariale nette a diminué de 0,7% sur le quatrième trimestre et de 1% sur un an.

Un nouveau coup de pouce est intervenu au 1er janvier 2017: l’extension aux personnes inactives non imposables (en particulier des retraités) du crédit d’impôt pour les services à la personne (50% des dépenses engagées).

Cette mesure devrait, selon le gouvernement, soutenir le secteur et permettre à terme la création de 30.000 emplois à domicile en équivalent temps plein.

Par ailleurs, l’activité des assistantes maternelles, qui gardent à leur domicile des enfants, a légèrement diminué sur le trimestre (-0,3%) mais est en légère hausse sur un an (+0,4%).

Le nombre total de particuliers employeurs s’élevait à 2,78 millions fin 2016 (1,9 million d’employeurs à domicile et 866.000 employeurs d’assistantes maternelles), en baisse de 0,8% sur un an.

Juste avant la publication de ces chiffres, la Fédération des particuliers-employeurs (Fepem) s’était félicitée que quatre candidats à la présidentielle (François Fillon, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen) aient exprimé leur « soutien au secteur », en réponse à ses sollicitations.

La Fepem avait appelé les principaux candidats à soutenir son « contrat d’innovation emploi et domicile », dans lequel elle fait plusieurs propositions pour soutenir un secteur qui représente, selon elle, 570.000 emplois en équivalent temps plein, et est amené à « doubler dans les dix prochaines années ».

Pour encourager l’emploi déclaré, la Fepem milite pour que le crédit d’impôt des employeurs à domicile devienne immédiat chaque mois, et ne soit plus effectif avec une année de décalage. Aucun des candidats ne s’est encore engagé sur cette proposition.

paj/db/mm