Les Caisses d’allocations familiales sur le point d’obtenir davantage de moyens humains

PARIS, 4 novembre 2015 – Le courrier interministériel qui doit officialiser l’arbitrage obtenu par la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) sur les effectifs attend encore une dernière signature, mais l’obtention de moyens additionnels est en bonne voie.

A l’heure où tous les organismes de Sécu rendent des emplois, la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) est en passe d’arracher des personnels supplémentaires. Et cela malgré les conclusions de la mission Igas/IGF sur les moyens du réseau

 

Prévue dans le cadre de la convention d’objectifs et de gestion (COG) 2013-2017 de la Cnaf, celle-ci insistait avant tout sur le respect à ce jour par les CAF de leur trajectoire globale de réduction d’effectifs (– 1 000 ETP) et sur la possibilité pour elles de maintenir ce cap malgré les nouvelles missions octroyées. La Cnaf n’a pas ménagé sa peine pour faire pencher la balance en sa faveur. Le 24 septembre, son président, Jean-Louis Deroussen, a envoyé un courrier au nom des administrateurs (excepté FO et la CGT) pour sensibiliser la tutelle.

Lors de la procédure contradictoire dans le cadre de la mission Igas/IGF, la direction de la Caisse a évoqué le « risque d’une rupture de service » à l’occasion de la montée en charge de la prime d’activité, l’un des projets phares de l’exécutif.

 

Début novembre, le stock de dossiers à traiter était de 4,8 jours en moyenne dans le réseau, contre 5,1 l’an dernier, et cela malgré la modulation des allocations familiales intervenue à effectifs constants au 1er juillet. Mais en l’absence de nouvelles simplifications, et alors que la refonte du système informatique n’a pas encore porté ses fruits, la branche famille atteint ses limites.

 

Le compromis qui devait être évoqué lors du CA du 3 novembre prévoit plusieurs mesures. En premier lieu, le renouvellement des contrats d’avenir (jusqu’à 500) autorisés en début de COG. Deuxièmement, le recrutement, pour 2016, de 422 ETP maximum. « La trajectoire d’effectifs de la Cnaf pourra être modifiée afin de tenir compte de ces recrutements, mais devra également rester aussi proche que possible de celle initialement inscrite dans la COG », prévient la tutelle. Enfin, un point d’étape réalisé conjointement permettra de revoir la donne mi 2016.

© AFP–Liaisons–Sociales