Les contrats de professionnalisation en hausse dans le commerce

PARIS, 8 juin 2017 (AFP) – Les contrats de professionnalisation dans le secteur du commerce et de la distribution sont en augmentation régulière depuis 2009 et concernent pour une énorme majorité (66,9%) le commerce à prédominance alimentaire, selon le Forco, l’organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) du secteur.

En dix ans, depuis 2007, le secteur a recruté 198.780 jeunes et adultes en contrat de professionnalisation, passant de 14.745 en 2009 à 25.446 en 2016, selon des chiffres présentés jeudi à l’occasion de la signature du 200.000e contrat de professionnalisation dans ce secteur.

Après le commerce à prédominance alimentaire, et en particulier les grands distributeurs (Hypermarchés Carrefour, Auchan, Les Mousquetaires), c’est le secteur de l’habillement (7,2%) qui s’engage le plus dans ce dispositif de formation qui alterne enseignements théoriques et pratiques.

Par régions, ce sont l’Ile-de-France, les Hauts-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes qui sont les principales utilisatrices de ces contrats, proposés en majorité (60,9%) par des entreprises de plus de 300 salariés, et quasi-exclusivement (97%) en CDD.

Selon le Forco, 82% des bénéficiaires ont moins de 26 ans et 58% sont des femmes.

A l’issue du contrat, 51,5% des entreprises d’accueil ont proposé un emploi, dont 19,1% un CDI.

Au total, en comptant les contrats d’apprentissage, quelque 43.000 jeunes et adultes étaient en formation en alternance en 2015 dans une entreprise du secteur, selon une étude réalisée par l’Observatoire prospectif du commerce.

Tous contrats d’alternance confondus (professionnalisation et apprentissage), les deux régions les plus pourvoyeuses sont toujours l’Ile-de-France et les Hauts-de-France.

Selon des chiffres du ministère du Travail, publiés en avril, 185.900 embauches en contrat de professionnalisation ont eu lieu en 2015, en hausse de 5% sur un an, principalement dans les entreprises de moins de 200 salariés, en CDD et dans le secteur des services.

Ce contrat est accessible aux jeunes âgés de 16 à 25 ans, aux demandeurs d’emploi de plus de 26 ans inscrits à Pôle emploi et aux chômeurs bénéficiaires de minima sociaux ou ayant bénéficié d’un contrat aidé.