Les défaillances d’entreprises de plus de 50 salariés en hausse de 15,7% au 2T (Altares)

PARIS, 9 juillet 2020 (AFP) – Les entreprises de plus de 50 salariés font face à une « situation inquiétante » avec une hausse de 15,7% des défaillances au deuxième trimestre, selon une étude publiée jeudi par le cabinet Altares.

Altares table en outre sur une augmentation du nombre des entreprises sinistrées entre juillet et décembre, après des chiffres particulièrement bas durant la première moitié de l’année.

« Depuis quatre ans, le deuxième semestre comptabilise en moyenne 25.000 défaillances d’entreprises; ce nombre avait franchi la barre des 30.000 en 2009 et 2013. Il est probable que ce plafond soit largement dépassé », anticipe le cabinet dans un communiqué.

Entre avril et juin, il a recensé auprès des tribunaux « une baisse globale de 53,3% comparée à la même période de l’an passé ».

« C’est l’aménagement des textes règlementaires qui a permis cette étonnante résistance des entreprises. Sans cette adaptation du droit et l’aide des pouvoirs publics, des dizaines de milliers d’entreprises seraient tombées dès ce deuxième trimestre, beaucoup disposant de moins de trente jours de liquidité pour faire face aux dépenses immédiates », selon Thierry Millon, directeur des études d’Altares.

Dans le détail, le nombre (44) de jugements prononcés sur les PME de 50 à 99 salariés ne baisse pas et celui des sociétés d’au moins 100 salariés augmente de 33%.

Un total de 52 sociétés de plus de 100 salariés ont fait l’objet d’une procédure collective ce 2e trimestre, « soit le plus mauvais chiffre depuis la crise de la dette publique en zone euro en 2012 (61 défaillances) et la lente sortie de récession l’année suivante (76 défaillances) », détaille le cabinet.

« Inversement, les sinistres reculent de 53,8% chez les entreprises de moins de 50 salariés », avec les TPE de moins de dix salariés qui concentrent 92% du total des défaillances, a encore relevé Altares.

Les TPE en difficulté durant la crise sanitaire ont notamment pu bénéficier du fonds de solidarité mis en place par le gouvernement.

En dépit de la baisse du nombre total d’entreprises sinistrées, le nombre moyen d’emplois menacés par défaillance passe « de 3,3 à 7,5 pour ce deuxième trimestre », souligne encore le cabinet.

boc/liu/LyS