Les droits des personnes handicapées au menu d’un comité interministériel mardi

PARIS, 7 octobre 2018 (AFP) – Le gouvernement doit tenir mardi à Matignon le deuxième comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat, avec tous les ministres, qui devrait aboutir à des annonces sur la « simplification » des droits pour les personnes handicapées.

Aucune information n’a dans l’immédiat été donnée par le gouvernement d’un éventuel report de ce rendez-vous annuel en raison du remaniement.

Selon le cabinet de la secrétaire d’État en charge des personnes handicapées, « l’angle prioritaire » de cette réunion présidée par le Premier ministre Édouard Philippe sera « la simplification et l’amélioration de la vie des personnes » handicapées.

Lors d’un déplacement jeudi à la Fondation Paralysie Cérébrale, Sophie Cluzel a déclaré qu’il y aurait, « lors du CIH mardi », « des mesures importantes pour changer la donne pour les familles », selon une vidéo de son discours consultée par l’AFP.

Disant avoir « entendu les témoignages sur la complexité administrative, sur la nécessité en permanence de devoir prouver son handicap pour avoir droit à une compensation », Mme Cluzel a annoncé que le gouvernement se dirigeait vers « l’attribution de droits à vie pour des handicaps avérés ».

Elle a promis « des mesures très fortes pour changer le poids administratif (…) insupportable » pour ces personnes, qui peut relever selon elle « de la maltraitance ».

Les mesures devraient être très largement inspirées d’un rapport du député LREM Adrien Taquet et du membre du Conseil économique, social et environnemental (Cese) Jean-François Serres, remis à Édouard Philippe au mois de mai.

Ce rapport fleuve de 113 propositions, que les rapporteurs avaient baptisé « Plus simple la vie », prônait notamment une « simplification du système d’aides » pour éviter aux personnes handicapées « des démarches répétitives et complexes et mieux accompagner pour éviter les ruptures de parcours et de droits ».

Il préconise notamment de conférer l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) et l’allocation adulte handicapé (AAH) « sans limitation de durée » aux personnes dont le handicap n’évoluera pas positivement.

Pour les bénéficiaires de l’AAH « à vie », la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) et la Carte mobilité seraient également attribuées « automatiquement et sans limite de durée », ce qui évite de complexes démarches.

Le Premier ministre avait à l’époque estimé que certaines mesures pourraient être « mise en oeuvre rapidement ».

Fin août, le gouvernement a nommé une nouvelle secrétaire générale du comité interministériel du handicap, Céline Poulet, qui travaillait auparavant sur les questions de handicap à la Croix-Rouge.

Son rôle est de coordonner « l’ensemble des actions menées en faveur des personnes handicapées » et de suivre « la mise en oeuvre des décisions prises » lors des CIH.

jlo/nm