Les éditeurs vidéo demandent un plan de sauvegarde et de relance

PARIS, 11 juin 2020 (AFP) – Un collectif de soixante éditeurs vidéo (DVD, Blu-ray et Ultra HD) alertent sur la situation de leur secteur « en pleine tourmente », demandant aux pouvoirs publics un plan de sauvegarde et de relance, dans un communiqué publié jeudi.

« À l’heure où le gouvernement vient de renouveler son soutien à la filière du livre, qui aura bénéficié de 230 millions d’euros d’aide en 2020, renouvelant ainsi son attachement à l’édition physique, majoritaire dans le livre, tout le reste de la culture ne doit pas être oublié, toute la filière cinéma, et notamment l’édition vidéo qui doit continuer à être soutenue de façon pérenne », plaident-ils.

Dans cet « Appel des 60 », qui prend le relais d’un « appel des 50 » lancé la semaine dernière, auquel se sont joints de nouveaux éditeurs, ces acteurs de la vidéo « physique » mettent en exergue les difficultés de la filière, renforcées par la crise du Covid.

« Ce précieux outil de diversité et de création que 10 millions de Français déclaraient encore acheter en 2018, pourrait perdre entre 30 et 40% de sa valeur commerciale, du fait de la grave crise que nous traversons », soulignent-il.

« Les effets du Covid-19 sur la profession sont déjà alarmants, le marché ayant perdu près de 75% de ventes potentielles sur les ventes habituelles depuis le confinement », à l’heure où « la télévision et la VOD/SVOD ont fidélisé ou conquis de nouveaux publics », ajoutent-ils.

Ces acteurs de l’édition vidéo (Ad Vitam, Carlotta, Arte Editions…) demandant par conséquent aux pouvoirs publics « un plan de sauvegarde avec la création d’un budget spécifique de sauvegarde pour la culture, incluant notamment l’univers de la vidéo physique ».

Ils plaident également pour « un plan de relance » avec « des actions nationales à mener sur la vidéo par tous ses acteurs », pour « faire exister encore plus pleinement le support physique » qui « apporte une nouvelle visibilité aux oeuvres ».

slb/ial/dlm