Les embauches en contrat de génération ont nettement ralenti en 2015

PARIS, 23 décembre 2016 (AFP) – Moins de 50.000 jeunes ont été recrutés en contrat de génération entre 2013 et 2015 et le rythme des embauches via ce dispositif a nettement ralenti depuis fin 2014, selon une étude du ministère du Travail publiée vendredi.

Lancé en mars 2013, le contrat de génération, qui était la « belle idée » de François Hollande, offre une aide aux petites et moyennes entreprises pour l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans en CDI, associée au maintien dans l’emploi ou à l’embauche d’un senior de 57 ans et plus. L’ambition initiale était d’atteindre 500.000 emplois créés d’ici 2017.

Sur les 59.000 demandes d’aide déposées par les entreprises, près de 49.000 ont été validées et donné lieu à la signature d’un contrat entre 2013 et 2015, détaille la Dares, le service des statistiques du ministère du Travail. L’Etat a dépensé 227 millions d’euros qui ont bénéficié à 32.044 entreprises.

Le rythme des embauches a atteint deux pics, en 2013 (3e trimestre) puis en 2014 (3e trimestre), avant de « sensiblement » ralentir aux 3e et 4e trimestres 2015, avec 20% d’embauches en moins sur un an.

Près de 16.000 de ces contrats ont depuis été rompus : soit un taux de rupture de 32%. Cela tient le plus souvent au départ du jeune (dans 73% des cas), suivi de celui du senior (13%), les derniers cas relevant d’une absence d’actualisation par l’employeur des données du contrat (13%).

Fin 2015, plus de la moitié des contrats conclus début 2013 avaient été rompus et il en restait 33.233 encore en cours.

Le commerce, l’industrie et la construction sont les principaux secteurs utilisateurs du dispositif – ils ont concentré 60% des embauches. L’hébergement et la restauration, pourtant premier secteur à recruter des jeunes de moins de 26 ans en CDI, n’a en revanche représenté que 6% des contrats de génération.

Le « profil type » du binôme en contrat de génération associe un jeune ouvrier ou employé, déjà présent dans l’entreprise au moment de son embauche en CDI (47%) et globalement plus qualifié que l’ensemble des jeunes en emploi, avec un senior titulaire d’un emploi plus qualifié. Les deux tiers sont des hommes.

En février dernier, la Cour des comptes avait sévèrement critiqué ce dispositif phare du quinquennat Hollande concernant l’emploi, allant jusqu’à parler d’un « échec ».

juc/shu/cdu/ct