Les entreprises plus conscientes de l’importance de leur responsabilité sociale (sondage)

PARIS, 7 septembre 2016 (AFP) – Les entreprises sont de plus en plus conscientes de l’importance stratégique, et plus seulement en terme d’image, de leur responsabilité sociale (RSE), mais voient encore peu l’intérêt économique d’une telle démarche, selon un sondage publié mercredi dans l’Express.

95% des entreprises pensent que les enjeux liés à la RSE vont devenir plus importants à l’avenir, selon cette étude, réalisée par le Global Compact France, une plateforme initiée par l’ONU dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, Havas Paris et CSA Research.

Pour preuve, 70% des entreprises interrogées ont créé un service dédié à ces sujets (solidarité, impact climatique, parité, etc.), souvent rattaché à leur direction générale.

Sans surprise, les entreprises pensent que leur démarche RSE a surtout un impact sur leur image (93%), mais aussi, pour 91% des répondants sur leur pérennité à long terme.

Un peu plus loin derrière, viennent les impacts en terme d’évolution du modèle économique (76%), de compétitivité (74%) ou de succès commerciaux (73%).

60% des entreprises interrogées affirment toutefois que leur politique RSE a permis des économies d’énergie, 51% que cela leur a permis de conquérir de nouveaux clients et 47% de développer de nouveaux produits.

Malgré cela, « d’importantes marges de progression existent pour que la RSE irrigue complètement le modèle économique de l’entreprise », notent les auteurs de l’étude.

Les entreprises jugent à 52% que le manque de visibilité sur la création de valeur future freine l’intégration de la RSE dans leur modèle économique.

39% citent aussi le manque de temps, 38% les mentalités et 36% les freins financiers.

Parmi les sujets sur lesquels les entreprises pensent avoir un rôle important à jouer, 94% citent la place des femmes dans la société, 91% l’emploi des jeunes, 81% le chômage, 79% le changement climatique.

L’évasion fiscale (29%), l’arrivée de migrants et de réfugiés (23%), la radicalité religieuse (17%) et le terrorisme (16%) arrivent loin derrière.

Ce sondage a été réalisé en ligne entre le 10 et le 24 mai 2016 auprès de 192 entreprises, dont 156 signataires du pacte mondial des Nations Unies.

mhc/fpo/pre