Les Français majoritairement opposés au revenu universel (sondage)

PARIS, 23 janvier 2017 (AFP) – Six Français sur dix sont opposés à l’instauration d’un revenu universel, qui serait versé à tous les Français de leur naissance à leur mort, selon un sondage Harris pour la chaîne LCP publié lundi.

Interrogés sur une série de réformes du travail, 61% des sondés se disent défavorables au revenu universel, 38% y sont favorables. L’idée séduit tout de même une majorité de sympathisants de gauche (55%).

Le revenu universel est l’une des mesures phares du programme de Benoît Hamon, qualifié pour le deuxième tour de la primaire organisée par le PS.

Une autre proposition de Benoît Hamon trouve, en revanche, grâce aux yeux des Français: l’abrogation de la loi travail. 63% des Français veulent tirer un trait sur cette loi qui donne la primauté à la négociation d’entreprise en matière de temps de travail et clarifie les critères de licenciement économique notamment. La loi est particulièrement honnie par les sympathisants du Front de gauche (77% veulent l’abroger), du Front national (77%) et par les catégories populaires (71%).

Les Français plébiscitent aussi à 74% la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle proposée par M. Hamon.

Du côté des propositions de Manuel Valls, les personnes interrogées approuvent sa volonté d’alléger les charges des entreprises (77%) ou de défiscaliser les heures supplémentaires (75%).

Mais parmi 10 personnalités politiques proposées par Harris, c’est Emmanuel Macron (En Marche) qui est, pour les Français, le plus à même de « proposer de bonnes solutions concernant le travail » : 48% lui font confiance sur le sujet, contre 31% à François Fillon (LR), 30% à Jean-Luc Mélenchon (PG) et Benoît Hamon, 24% à Manuel Valls et 23% à Marine Le Pen (FN).

M. Macron, qui ne participe pas à la primaire, arrive même en tête chez les sympathisants PS : 66% le jugent susceptible de proposer les bonnes solutions, contre 55% pour M. Hamon et 52% pour M. Valls.

Les Français plébiscitent notamment ses propositions de supprimer des cotisations salariales pour augmenter le salaire net (82%) et d’élargir l’assurance chômage aux indépendants (77%).

Sondage réalisé en ligne du 17 au 19 janvier, avant le premier tour de la primaire organisée par le PS, auprès d’un échantillon de 1.000 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

jah/shu/fm