Les inspecteurs du travail seront formés contre les discriminations LGBT

PARIS, 19 juillet 2018 (AFP) – Les inspecteurs du travail bénéficieront, au cours de leur formation initiale, d’un module spécifique sur les discriminations liées à l’orientation sexuelle, a annoncé jeudi la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

« Dans la formation initiale des inspecteurs du travail, il y a déjà un module sur la discrimination. Nous allons faire un module spécialisé sur la discrimination liée à l’orientation sexuelle », a annoncé Mme Pénicaud, avant de signer la « charte d’engagement LGBT+ » de L’Autre Cercle, une association LGBT tournée vers le monde du travail.

Selon la ministre, « un certain nombre d’inspecteurs du travail ne savent pas très bien comment intervenir, n’osent pas forcément donc c’est important qu’ils connaissent bien le sujet pour qu’ils sachent comment intervenir ».

« C’est un sujet sur lequel, aujourd’hui, il y a beaucoup de discriminations et beaucoup de discriminations cachées », a-t-elle estimé, tout en indiquant qu’elle ne disposait pas de données chiffrées et que l’inspection du travail ne recevait « pas énormément » de plaintes. « C’est encore un sujet tabou », a-t-elle ajouté.

Au-delà des « politiques RH discriminatoires », Muriel Pénicaud a pointé « l’homophobie ordinaire, très présente » au sein des entreprises, qui « crée de la perte de confiance en soi, de la perte de lien social » et, à terme, « abîme aussi le collectif de travail ».

Les auteurs de discriminations s’exposent, selon la gravité des faits, à des sanctions disciplinaires ou pénales, ces dernières pouvant aller jusqu’à trois ans de prison et 45.000 euros d’amende.

jah/lum/shu