Les patronats français et allemands plaident pour une UE « plus forte »

PARIS, 17 mars 2017 (AFP) – Les principales organisations patronales française et allemandes ont plaidé vendredi pour une Union européenne « plus forte » et appelé les dirigeants politiques des deux pays à « apporter une réponse forte » face à la tentation protectionniste.

A l’approche des élections prévues des deux côtés du Rhin, le Medef et les deux grandes organisations patronales allemandes BDI (Fédération allemande de l’Industrie) et BDA (Confédération des employeurs) ont signé une déclaration commune.

« Notre avenir c’est plus que jamais l’Europe: une Union plus forte, avec une zone euro plus intégrée, capable de tenir son rang dans le monde et d’offrir à chaque citoyen un emploi et la perspective du progrès social », écrivent les organisations.

Or, « notre prospérité est doublement menacée : à l’intérieur de nos frontières par des mouvement populistes, et à l’extérieur par les bouleversements économiques et par les enjeux de sécurité », observent-elles.

De fait, « des initiatives conjointes sont nécessaires, aussi bien que des actions au niveau européen ».

Les patronats demandent notamment de trouver une « stratégie de croissance inclusive et de compétitivité, d’avoir « une économie ouverte sur le monde » face aux tentatives protectionnistes, et de favoriser une « coopération économique franco-allemande » plus étroite.

Ils réclament aussi de renforcer les « politiques industrielles et d’innovation », de mener des « réformes pour la stabilité et la convergence en Europe », et enfin de « faire mieux connaître auprès (des) concitoyens les perspectives d’emploi et de progrès social que l’intégration européenne, mais aussi la coopération franco-allemande, ont rendu possibles ».

edy/ef/phc