Les salariés du public deux fois plus syndiqués que les autres (Dares)

 PARIS, 12 mai 2016 (AFP) – En 2013, un salarié sur dix était syndiqué, une proportion qui montait toutefois à deux sur dix dans la fonction publique, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère du Travail.

Selon la Dares, service des statistiques du ministère, 11,2% de l’ensemble des salariés adhérent à une organisation syndicale, avec de fortes disparités entre le privé (8,7%) et le public (19,8%).

« Le niveau de syndicalisation est particulièrement élevé dans la fonction publique d’État », où le taux culmine à 24,1%, contre 16,9% dans l’hospitalière et 16% dans la territoriale, note la Dares. Les métiers de la formation, de l’éducation et de la recherche, qui représentent un cinquième des salariés du public, sont syndiqués à 23,7%.

Le taux de syndicalisation est aussi nettement supérieur à la moyenne en outre-mer, avec 24,1% d’adhérents, tous secteurs confondus.

Dans le secteur marchand et associatif, ce sont les transports qui connaissent le taux d’adhésion le plus élevé (18%). Ceux de l’hôtellerie/restauration et la construction sont les moins syndiqués (4,1%).

Dans le privé, le taux de syndicalisation augmente avec la taille de l’entreprise: 5% dans celles de moins de 50 salariés, 11,5% de 50 à 199 salariés, et 14,4% au-delà de 200 salariés.

« La syndicalisation est associée à la stabilité de l’emploi », analyse la Dares, observant qu’une infime minorité des salariés en intérim (1%) et en CDD (2%) se syndiquent, contre 13% des CDI ou titulaires. Dans la même logique, « les salariés qui travaillent à temps complet sont sensiblement plus syndiqués (12%) que ceux qui travaillent à temps partiel (8,2%) ».

Les salariés syndiqués sont, par ailleurs, moins satisfaits de leurs relations de travail que les autres: par exemple, 40,1% des syndiqués vivent des tensions avec leurs supérieurs hiérarchiques, contre 26,3% des non-syndiqués. Quelque 39,3% estiment qu’ils ne reçoivent pas le respect que mérite leur travail, contre 28,1% des non-syndiqués.

La Dares note enfin que le taux de syndicalisation français est l’un des plus faibles en Europe, se classant 26e parmi les 28 pays de l’Union européenne, devant l’Estonie et la Lituanie, mais très loin derrière les pays du nord: 74% en Finlande, 70% en Suède et 68% au Danemark.

En moyenne, 23% des salariés européens sont syndiqués, mais « le taux de syndicalisation recule ou stagne dans la grande majorité des pays » à cause du « déclin de l’activité industrielle » et de l’émergence des « parcours professionnels discontinus ».

jah/db/eb