L’exécutif propose un haut fonctionnaire classé à gauche à la présidence du Samusocial

PARIS, 22 janvier 2020 (AFP) – Le gouvernement a proposé de nommer un haut fonctionnaire classé à gauche, Alain Christnacht, 73 ans, à la présidence du Samusocial de Paris, poste stratégique de la lutte contre l’exclusion, vacant depuis plus d’un mois, selon un communiqué mercredi du ministère du Logement.

« Sa nomination sera soumise au vote du conseil d’administration du groupement d’intérêt public dans les prochains jours », précise le communiqué.

Ces dernières semaines, la mairie de Paris, qui siège au conseil d’administration du Samusocial, et les associations avaient exprimé leur inquiétude autour de cette nomination. Après le rejet de plusieurs candidatures, elles craignaient que les autorités et notamment le ministère de l’Intérieur ne s’immiscent dans le processus.

Cette fois, un « consensus autour de cette candidature a été trouvé entre le ministère et la mairie de Paris », assure le Logement.

Préfet de 1990 à 2002 puis conseiller d’Etat, Alain Christnacht a entre autres exercé les fonctions de président de section à la Cour nationale du droit d’asile, de conseiller au cabinet de l’ancien maire PS de Paris Bertrand Delanoë, et de directeur de cabinet de l’ex-garde de Sceaux Christiane Taubira pendant le quinquennat de François Hollande.

Membre du cabinet de Lionel Jospin à Matignon de 1997 à 2002, chargé des affaires intérieures et de l’outre-mer, il a également été l’artisan de l’accord de Nouméa de 1998 en Nouvelle-Calédonie.

Membre de l’Observatoire de la laïcité, il est président du comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires depuis 2017. « Au titre de l’engagement associatif, il est président du groupe UCPA », Union nationale des Centres sportifs de Plein Air, précise le communiqué du Logement.

Diplômé de Sciences Po et ancien élève de l’ENA, M. Christnacht est également l’un des fondateurs de Terra Nova, centre de réflexion proche du PS.

Le Samusocial, dont il pourrait prendre la tête, est la clef de voûte du système d’hébergement des sans-abri et gère des milliers de places. Fonction bénévole et non exécutive, son président joue un rôle fort de porte-parole et d’interface avec les pouvoirs publics.

La question des sans-abri, de plus en plus imbriquée à celle des migrants notamment sur les questions d’hébergement, est devenue ultrasensible depuis 2015, avec l’apparition de campements sauvages rassemblant des milliers de personnes à Paris.

Le précédent président du Samusocial, Eric Pliez, 63 ans, n’avait pas souhaité renouveler son mandat de 6 ans, arrivé à terme en octobre, et est tête de liste d’Anne Hidalgo dans le XXe arrondissement de Paris pour les municipales.

cld/jt/cbn