Ligne de production fermée par Vallourec: le gouvernement ne veut « aucun départ contraint »

PARIS, 6 mars 2018 (AFP) – Le gouvernement a demandé au groupe Vallourec que la fermeture annoncée d’une ligne de finition de tubes sur le site de Saint-Saulve (Nord) n’entraîne « aucun départ contraint », a déclaré mardi à l’Assemblée nationale le secrétaire d’Etat Olivier Dussopt.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a « demandé à Vallourec que la suppression des 172 emplois évoquée n’implique aucun départ contraint », a déclaré M. Dussopt, répondant à la députée Béatrice Descamps (UDI, Nord).

Le ministre a aussi demandé « que des mesures de réindustrialisation exemplaires soient mises en oeuvre pour permettre le maintien d’un niveau d’activité fort sur le territoire et sur le site en particulier », a ajouté le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics.

Concernant deux autres sites de Vallourec en cours de cession, à Cosne-sur-Loire (Nièvre) et Tarbes (Hautes-Pyrénées), « des acheteurs potentiels ont approché la société et sont en train d’approfondir le dossier pour formuler une offre », a-t-il précisé.

Le secrétaire d’Etat a affirmé que « le gouvernement est particulièrement attentif à ces restructurations » et a noté que « Vallourec s’est engagé à les conduire de manière responsable ».

Le groupe Vallourec a annoncé la semaine dernière la fermeture de sa ligne de finition de tubes chaudières sur le site de Saint-Saulve, en raison d’une « baisse continue des volumes dans l’énergie électrique conventionnelle ».

sbo/ef/fm