Limoges: seniors en perte d’autonomies et étudiants vont cohabiter dans une maison « bi-générationnelle »

LIMOGES, 14 septembre 2016 (AFP) – Une maison « bi-générationnelle », où cohabiteront des personnes âgées à l’autonomie réduite et de jeunes étudiants des métiers de la santé qui s’engageront à prendre soin de ceux-ci en échange d’un loyer modéré, va ouvrir à Limoges l’été prochain, ont annoncé mercredi les initiateurs du projet.

Baptisée « AIMER », pour « Aînés, Infirmiers, MEdecins, Résidence », cette résidence est une « expérience unique », a estimé le bailleur social Dom-aulim, chef du projet qui verra le jour dans une ancienne maison bourgeoise du centre historique de Limoges, mise à disposition par la municipalité pour une somme modique.

La maison sera réhabilitée sous la forme de six logements: cinq T2 de 48 à 54 m2 pouvant accueillir chacun une personne âgé, et un T4 destinée à la colocation étudiante, ainsi qu’une salle commune de 25m2.

Outre une réhabilitation énergétique, l’habitation sera équipée des dernières innovations en matière d’accessibilité et de domotique, grâce à la fondation de l’entreprise électrique Legrand, en pointe dans les technologies de maintien à domicile et partenaire du projet.

Cette maison d’un genre nouveau sera aussi accompagnée par le CHU de Limoges, en particulier par le Pr Thierry Dantoine, qui pilote son pôle gériatrie réputé. C’est d’ailleurs son service qui a été chargé de recruter les premiers occupants de la maison, en fonction de leur degré d’autonomie, pour les seniors « pré-dépendants » souffrant d’un début de maladie cognitive, et de leurs compétences, pour les étudiants co-locataires.

Ces jeunes seront tous des étudiants en profession de santé. « En plus de consolider leur formation au travers d’une expérience de terrain, ils se verront offrir un contrat en CDI de 6h de travail par semaine au sein de la maison et l’accès à un logement aux services haut de gamme pour un loyer très modéré », a souligné le maire de Limoges, Emile-Roger Lombertie (Les Républicains).

A leur entrée dans les lieux, les locataires devront signer une charte les engageant à proposer des activités hebdomadaires aux aînés, et à assurer une vigilance constante auprès de ces derniers.

Pour M. Lombertie, ce projet traduit « une préoccupation que j’ai en tant que citoyen: comment permettre à nos aînés, aux conditions de vie économiques souvent difficiles, d’accéder lorsque leur santé le permet à des logements qualitatifs et sécurisants pour un prix modique, tout en recréant une mixité et un lien intergénérationnel ».

« D’ici 2050, le nombre des plus de 75 ans va doubler. Mécaniquement, l’accès aux maisons de retraite va devenir de plus en plus compliqué, notamment pour les personnes à faibles ressources. Le maillon manquant est à chercher dans ce type d’habitat », a estimé Bernard Bertin, président de la Mutualité Française du Limousin, qui gèrera l’établissement.

juc-ban/DS