L’industrie française en danger si elle tarde à redémarrer (patronat)

PARIS, 12 avril 2020 (AFP) – L’industrie française se mettra en danger si elle tarde à redémarrer, a prévenu le président du patronat de la métallurgie, Philippe Darmayan, appelant le président Emmanuel Macron à reconnaître son caractère « essentiel », dans une interview au Parisien Dimanche.

« Après 24 jours de confinement, nous sommes dans une situation extrêmement préoccupante », a déclaré M. Darmayan, président de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) qui représente 42.000 entreprises et 1,5 million d’emplois en France.

« L’automobile est à moins 80% d’activité, l’aéronautique quasiment à l’arrêt, la sidérurgie à moins 80%. (…) Cela ne peut pas durer très longtemps. Sans quoi nous allons nous retrouver demain face à une série de faillites », a-t-il mis en garde.

« Nous savons aujourd’hui comment faire tourner nos ateliers en toute sécurité et nous sommes prêts pour un redémarrage dans des conditions sanitaires irréprochables », a affirmé M. Darmayan, assurant que le dialogue avec les syndicats avait permis d’élaborer des « mesures particulièrement strictes » pour désormais « pouvoir fonctionner en toute sécurité ».

« Directions et salariés, on est face à un ennemi commun », a affirmé le président du sidérurgiste ArcelorMittal France, alors que plusieurs syndicats ont exprimé leur hostilité à une reprise du travail pendant le confinement.

Il a cité parmi les mesures élaborées pour la reprise « l’aménagement des ateliers pour qu’ils soient sûrs ». « Beaucoup d’entreprises ont décidé de réduire les heures de travail de huit à six heures, pour qu’une décontamination complète soit faite entre chaque service. Dans les entreprises où il est impossible d’avoir des postes éloignés d’un mètre, les salariés travaillent notamment avec des masques », a-t-il poursuivi.

« Toute l’industrie française est une activité essentielle à la vie de la Nation et au quotidien des Français », a-t-il affirmé. « Chaque industrie fait des produits qui servent à ce qui est appelé l’industrie de santé. Faire des masques demande une industrie du papier, une industrie de la couture, une industrie du plastique. Toutes les industries sont reliées entre elles. Et finalement chaque entreprise industrielle a aujourd’hui des activités essentielles pour la santé, l’alimentation, l’énergie. »

Interrogé sur l’allocution du président de la République prévue lundi, le président de l’UIMM lui a lancé un appel. « J’attends du président (de la République) qu’il nous dise: +Vous êtes essentiel à la Nation, j’ai compris que vous étiez capables de vous organiser face à la crise, et au plan économique je souhaite que, filière par filière, vous me disiez comment vous pouvez repartir et assurer une puissance de la France qui nous permette de surmonter cette crise+ », a-t-il déclaré.

aro/soe/it